Les enquêteurs français sont arrivés ce samedi vers 12 heures dans la région de Gossi, au nord du Mali, sur le site du crash de l'avion d'Air Algérie qui a fait 118 victimes jeudi. En raison de la désintégration de l'appareil, le travail de ces vingt gendarmes et policiers et membres du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) français, s'annonce difficile, notamment pour l'identification des corps.

Toutefois, au lendemain de la découverte de la première boîte noire, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le site du crash, ce qui devrait aider à déterminer les causes de la chute.

Le crash de l'avion d'Air Algérie a été d'une telle violence qu'il n'a laissé aucune chance aux 112 passagers et aux 6 membres d'équipage. Parmi les victimes, 54 Français. Leurs familles seront reçues ce samedi par le président François Hollande, au Quai d'Orsay, à 15 heures.

Pour l'heure, on ignore encore les raisons du crash. Parti de Ouagadougou, au Burkina Faso, l'avion affrété par Air Algérie auprès de la société espagnole SwiftAir était à destination d'Alger. L'accident s'est produit jeudi, 50 minutes après le décollage. Les mauvaises conditions météorologiques pourraient être à l'origine de l'accident. La piste terroriste est, elle, peu probable car «il n'y avait pas de personnes suspectes parmi les personnes enregistrées à bord», selon la secrétaire d'Etat aux Français de l'étranger, Fleur Pellerin, en visite à Ouagadougou.

16h50. La Nation solidaire. En signe de deuil national, les drapeaux seront en berne pendant trois jours à partir de lundi sur tous les bâtiments publics selon l'exécutif.

16h53. Deuil national aussi au Burkina Faso : le championnat de foot décalé. La 30e et dernière journée du Championnat du Burkina Faso de football, initialement prévue ce samedi, sera finalement disputée dimanche en raison d'un deuil national de 48 heures consécutif au crash de l'avion d'Air Algérie. Le gouvernement burkinabè a décrété un deuil national de 48 heures pour honorer la mémoire des 116 passagers, dont 24 burkinabè, présents à bord de l'appareil qui s'est écrasé jeudi au-dessus du Nord Mali. Le joueur Emmanuel Osita Ogbu, de la Jeunesse club de Bobo-Dioulasso (D2), qui se rendait au Qatar pour y effectuer un essai, fait partie des victimes. Une minute de silence sera observée au cours des différentes rencontres. Les joueurs et les officiels porteront un brassard noir en signe de deuil.

15heures. Les familles des victimes sont reçues au Quai d'Orsay. Les familles des victimes, reçues par François Hollande, sont arrivées au Quai d'Orsay. La réunion, en présence de plusieurs ministres, devrait durer plusieurs heures. Le chef de l'Etat doit s'exprimer à l'issue de cette rencontre, en fin d'après-midi, à 17 ou 18 heures.

14h44. La deuxième boîte noire a été retrouvée.  «La deuxième boîte noire» de l'avion a «été retrouvée ce matin sur le site du crash» par des experts de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) déployés dans la zone du crash, a annoncé la porte-parole de la Minusma, Radhia Achouri. «C'est un développement positif, qui aidera énormément» les enquêteurs estime-t-elle. Selon elle, la seconde boîte noire doit être acheminé vers Gao, où est basé «le centre de gestion tactique des opérations», associant la France à travers son opération militaire dans le pays, le Mali et la Minusma. La première boîte noire avait été récupérée et acheminée vendredi vers Gao par des militaires français, selon Paris.

14h30. La maison des victimes creusoises cambriolée. La maison des victimes creusoises du crash du vol AH 5017 entre Ouagadougou et Alger hier à l'aube, a été cambriolée la nuit dernière selon le journal La Montagne. Les Gineste font partie, avec leurs trois enfants, des 111 victimes du crash. Ils résidaient dans l'agglomération de Guéret, à Sainte-Feyre.  La nouvelle de leur présence à bord du vol d'Air Algérie s'est propagée en Creuse dans la soirée de jeudi. L'enquête n'a pas encore permis de définir l'heure de l'effraction. Pour le parquet, il ne peut être établi pour l'instant que celui ou ceux qui se sont introduits dans la maison des Gineste avaient connaissance de leur disparition.  Le butin serait modeste, il se limiterait à du matériel informatique

14 heures. Les enquêteurs sur la zone du crash dans l'après midi.  Les enquêteurs du Bureau d'enquêtes et d'analyses français étaient attendus samedi après-midi sur le site du crash a indiqué une porte-parole de cette instance dépendant du ministère des Transports. «Ils sont en train de se rendre sur le site de l'accident», a déclaré peu avant 14 heures la porte-parole, Martine Del Bono. «Ils doivent arriver dans l'après-midi sur le site de l'accident, où ils sont acheminés par hélicoptère», a-t-elle précisé.

12 heures. Des membres des familles des victimes sur les lieux de l'accident. A l'annonce du crash, une cellule de crise a été mise en place à Ouagadougou, au Burkina Faso pour les familles des victimes restées sur place, soit une centaine de personnes. Un hélicoptère affrété par Air Algérie doit transporter  plusieurs membres de ces familles sur les lieux du crash. Un représentant de la France, un du Liban et un des familles burkinabé ont décollé en début de matinée de la base aérienne de Ouagadougou. Un autre voyage est prévu dans la journée.

Source : LeParisien.fr


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires


CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *