L'annonce du prochain transfert du Commandement des forces aériennes (CFA) à Bordeaux, faite samedi à Cazaux par le ministre de la Défense, sonne le glas de la BA 102 de Dijon-Longvic.

Le patrimoine historique de la BA 102 est considérable, parmi les doyennes des bases de l'Armée de l'air, elle accueille en 1914 le premier groupe d'aviation. C'est là également qu'est remis le premier drapeau de l'aviation militaire au capitaine Guynemer devant le front des troupes, le 13 mai 1916.

Son emprise importante lui permet d'être dotée de plusieurs escadres de chasse et d'observation dans les années 1930. Elle devient une base allemande essentielle sous l'occupation. Bien que considérablement détruite par des années de guerre, elle prend sa part dans la reconquête en accueillant simultanément deux groupes de bombardement américains sur B-26 Marauder.

En 1949, chargé de la défense aérienne de la France, elle accueille la 2e escadre de chasse et est la première base aérienne à être dotée d'avions à réaction Vampire. La base est par la suite affectée en priorité de plusieurs générations d'avions d'armes Dassault : Ouragan en 1953, Mystère IV A en 1956, Mirage III en 1961 puis Mirage III E en 1968 - elle a d'ailleurs servi de décor à la fameuse série TV Les Chevaliers du ciel.

Devenue « Académie de la chasse », elle entre dans l'ère moderne de l'aviation de combat avec les premiers Mirage 2000 C en 1984. En 1999, dotée de la version la plus aboutie du 2000-5F à radar RDY, la BA 102 est la première base européenne à disposer d'un intercepteur multi-cibles et d'un système d'armes d'une telle technologie.

En 2014, cette base historique n'accueille plus qu'un petit escadron d'entraînement, le 2/2 Cote d'Or, qui vole sur une demi-douzaine d'Alpha-Jet et la plate-forme aéronautique doit également être fermée dans les prochains mois.

Le CFA avait déjà été transféré de Metz vers Dijon, à l'été 2012, à la suite d'une décision du précédent gouvernement qui avait reculé devant la perspective de fermer Dijon. Un déménagement direct de Metz vers Bordeaux aurait sans doute permis de faire quelques économies, mais la politique a souvent des raisons que le bon sens ignore...

Reste maintenant à trouver un point de chute pour les commandos de l'air (CPA20 et Escadron de formation).

Avec la fermeture de la BA 102, qui n'est pas encore officielle, une page de l'histoire de l'armée de l'air se tournera, de Guynemer aux Chevaliers du Ciel... L'avancée de l'urbanisation de l'agglomération dijonnaise rendait son maintien de plus en plus compliqué.  

Source : Secret Defense et Wikipedia


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires


CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *