FRANCE - BRÉSIL ???

Les Bleus impressionnent ! Mais où s’arrêteront-ils ?

L'équipe de France s'est offert une pluie de buts contre la Suisse (5-2), vendredi à Salvador de Bahia. Les Bleus ont un pied et quatre orteils en huitièmes de finale.

Net et sans bavure

En s’imposant avec force et autorité face à la Suisse (5-2), vendredi 20 juin 2014 à Salvador, l’équipe de France a montré qu’elle était redevenue une puissance footballistique pouvant inspirer la crainte à n’importe quel adversaire.

En réalisant sans doute la performance la plus aboutie depuis le début du Mondial avec celle de l'Allemagne face au Portugal, les Bleus ont frappé un grand coup et envoyé un message au reste du monde. Emmenée par un Benzema des grands soirs (un but, deux passes décisives), qui s’est même permis le luxe de manquer un penalty (32e), la France a montré qu’elle avait une carte à jouer dans un Mondial où les favoris tombent comme des mouches –à l’instar de l’Espagne et de l’Angleterre déjà éliminées. Dans la touffeur de l’Arena Fonte Nova, les Bleus ont brillamment passé leur premier crash-test brésilien face une sélection helvétique qu’elle n’avait plus battue depuis dix ans.  Avec comme résultat, une démonstration collective célébrée sous les «olé» des nombreux supporteurs français présents pour ce nouveau festival offensif orchestré dans la «Capitale de la Joie» bahianaise.

Les choix payants de Deschamps

Comme dans un rêve, l’équipe de France a réussi quasiment tout ce qu’elle a entrepris, donnant même l’impression de pouvoir marquer sur chaque action. Les Bleus ont réalisé une prestation de haut vol en se montrant dangereux sur chaque récupération de balle et développant les actions offensives tranchantes comme s’ils en pleuvait. Un succès tactique pour Didier Deschamps, qui avait pris le risque de changer son onze de départ en titularisant Giroud à la place de Griezmann et Sissoko à celle de Pogba. Le sélectionneur a été rapidement récompensé de son audace. Giroud ouvrit le score pour la France en s’imposant de la tête sur corner (17e). Le centième but de l’équipe de France en Coupe du monde était immédiatement suivi du 101e.

Sur l’engagement, Matuidi, décalé par Benzema, doublait la mise en trompant Benaglio au premier poteau (18e). Dominatrice au milieu et létale dans les phases de transitions  (notamment grâce à la simplicité et au volume de courses de Sissoko dans le jeu), l’équipe de France a fait exploser le verrou suisse. Fauché dans la surface, Benzema voyait son penalty repoussé. Le ballon revenait sur Cabaye qui l’envoyait sur la barre (32e). Sur une relance magnifique de Varane, Giroud servait Valbuena (40e) pour le troisième but. Sur une passe lumineuse de Pogba, entrée en jeu à la place de Giroud, Benzema inscrivait son troisième but dans la compétition (67e) avant que Sissoko (73e) ne fasse tomber le rideau sur la représentation magique des Bleus.

Comme un symbole de la pertinence des choix des Deschamps, qui pourra même utiliser les deux buts suisses -Dzemaili (81e) et Xhaka (87e)- pour faire retomber en interne l’embrasement autour de la sélection. 

Le Figaro.fr et AFP


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires


CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *