Nord Mali : La guerre contre les GAT se poursuit !

Repéré mardi 5 mars 2014 dans l'après-midi, un «groupe armé terroriste» (GAT), qui manipulait des roquettes de 122 mm, a été détruit par l'armée française dans la nuit de mardi à mercredi, dans la vallée de l'Amatetaï (massif des Ifoghas), l'ancien fief d'Aqmi, reconquis au printemps dernier par les Français et les Tchadiens.

L'information avait été révélée par Le Figaro avant d'être confirmée par Jean-Yves Le Drian. Selon les armées, il s'agit de «groupes résiduels» qui cherchent à se réinstaller dans les rares zones pouvant servir d'abri au milieu du désert, grâce à la présence de sources, de rochers et de végétation.

Le GAT a été repéré par un drone Reaper de l'armée de l'air, mis en œuvre à partir de Niamey, au Niger.  Contrairement aux drones américains, les appareils français ne sont pas armés et il a donc fallu faire appel à des moyens air-sol, en l’occurrence des avions de chasse Mirage 2000D et des hélicoptères de combat Tigre pour "traiter" la cible dans les heures qui ont suivi. Une dizaine de djihadistes, qui étaient à pied, ont été tués dans cette frappe.  Les drones Reaper sont opérationnels depuis quelques semaines et c'est la première fois qu'ils semblent avoir été utilisés, en boucle courte, pour une action offensive.

Dans le nord du Mali, la guerre contre les GAT se poursuit très activement, dans le cadre des opérations Serval et Sabre (forces spéciales). Ces opérations reposent sur une intégration, jusqu'à présent jamais réalisée à ce point, des sources du renseignement militaire, de la DGSE et des Américains.

Outre d'importantes capacités d'écoutes et de surveillance aérienne, des moyens plus traditionnels mais de haute technicité sont utilisées par les forces spéciales. Ainsi, huit largages de chuteurs opérationnels ont eu lieu dans le cadre de la traque des terroristes.

Source : Secret Defense

Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires


CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *