Comment imaginer, dans une capitale moderne, des hommes se promener casqués ou cagoulés, équipés de battes de base-ball et de masques à gaz sans susciter le moindre étonnement ?

Des pères de famille fabriquer, la nuit venue, des cocktails Molotov ? Un ancien ministre des affaires étrangères, le milliardaire Petro Poroshenko, remercier, devant une foule de milliers de personnes, les supporteurs de football ultras pour leurs actions de défense ?

Comment un pays dont le président ne cesse de répéter qu'il a été démocratiquement élu en arrive-t-il à un tel degré de violence ?

Chaque jour, Kiev se militarise davantage

Chaque jour, le camp de la place de l'Indépendance (Maïdan) à Kiev se militarise davantage et le mouvement spontané des débuts d'EuroMaïdan se mue en une petite armée populaire. Deux organisations ont notamment pris les devants : Praviy Sektor (« secteur droite »), une alliance de groupes d'extrême droite nationalistes, et Spilna Sprava, qui se veut une émanation de la société civile militant pour un « pouvoir redevable aux citoyens ».

A la première revient la tâche de défendre le camp face à un possible assaut policier ; à la seconde, de prendre et d'occuper des bâtiments publics, notamment les ministères. L'annulation des lois ultra-répressives contre les manifestants, décidée mardi 28 janvier 2014 par le Parlement, et la démission du premier ministre, Mykola Azarov, ne suffiront pas à calmer leur colère. Mercredi au Parlement, l'ancien président Leonid Kravtchouk a estimé que le pays était « au bord de la guerre civile ».

Libérer l'Ukraine de son régime totalitaire

Né au lendemain des premières manifestations contre le pouvoir, fin novembre 2013, Praviy Sektor regroupe des factions hétéroclites, des monarchistes aux républicains, en passant par les clubs de supporters ultras de football, les néonazis et les déçus du parti d'opposition Svoboda, jugé trop conformiste.

« L'association avec l'Europe n'est pas notre priorité, explique Andriy Tarasenko, l'un des coordinateurs du mouvement. Ce qui nous intéresse, c'est le départ de Viktor Ianoukovitch et de libérer l'Ukraine de son régime totalitaire. »     

Source : Le Monde.fr


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *