Blindés: l'Armée lance un appel d'offres de plus de 2 milliards d'euros

Le ministère de la Défense a envoyé un appel d'offres restreint à Nexter, Renault Trucks Defense et Thales. Objectif : fabriquer 2.300 blindés d'infanterie dans le cadre du programme Scorpion de modernisation de l'armée de terre.

Le grand programme Scorpion de modernisation de l'armée de terre vient de franchir une étape importante. La DGA a lancé l'appel d'offres pour la fabrication des 2.300 blindés prévus pour remplacer les Véhicules de l'avant blindé (VAB), Sagaie et autres AMX 10 RC qui plient sous le poids de l'âge. Le marché est évalué à plus de 2 milliards d'euros. De quoi aiguiser les appétits des industriels européens. Par les quantités en jeu, il s'agit du plus gros appel d'offres sur le Vieux Continent, et même dans le monde. Sauf que l'histoire est en partie déjà écrite puisque tout est fait pour que le marché n'échappe pas au trio Nexter-Renault Trucks Défense-Thales.

Au lieu d'un appel d'offres européen ouvert, la DGA a en effet opté pour une consultation restreinte envoyée aux trois champions français de l'armement terrestre, a-t-on appris de sources concordantes. Elle s'est pour cela retranchée derrière l'article 346 du traité européen qui permet à un pays de privilégier son industrie sous couvert d'enjeux de souveraineté nationale. « Tout État membre peut prendre les mesures qu'il estime nécessaires à la protection des intérêts essentiels de sa sécurité et qui se rapportent à la production ou au commerce d'armes, de munitions et de matériel de guerre », y est-il écrit.

La France peut-elle réellement faire jouer des considérations de sécurité d'approvisionnement dans le cas du programme Scorpion ? Pour ce qui est des 2.080 véhicules blindés multi-rôles (VBMR) prévus pour remplacer les vénérables VAB, on peut en douter puisqu'il s'agit de véhicules de transport de troupes faiblement armés qu'on trouve sur étagères partout dans le monde. L'argument est plus crédible s'agissant des 248 EBRC (engins blindés de reconnaissance de combat, qui remplaceront les Sagaie et AMX-10 RC), puisque on a affaire à des d'engins fortement armés.

Il faut protéger les plans de charges des industriels français

Contactée, la DGA n'a pas souhaité commenter. Et pour cause. Dans le landerneau militaire, chacun sait que, sans être complètement infondé, l'argument de la souveraineté en cache un autre, impossible à mettre sur la place publique : il faut protéger les plans de charge des industriels nationaux. Nexter est en mal de succès à l'export pour son VBCI après l'annulation de l'appel d'offres canadien. Renault Trucks défense aussi est à la peine. Par la diversité de son portefeuille de produits, Thales pourrait passer à côté de Scorpion, mais ses activités terrestres en France en prendraient quand même un coup.

L'appel d'offres restreint cache donc un acte de protectionnisme économique, sans que ce soit infamant, mais qui met à mal les discours officiels en faveur de l'Europe de la Défense. Après tout, l'Allemagne ne fait pas autrement : tous ses blindés son « made in Germany ». «On serait bien stupides si on était les seuls en Europe à ne pas le faire. On connaît les limites de l'Europe de la Défense », résume sans fard un bon connaisseur du dossier.

Dès lors, la discrétion de la DGA est compréhensible pour éviter de susciter le recours d'un industriel européen, ce qui ne manquerait pas de retarder encore plus le programme Scorpion. La Commission ou un autre Etat membre pourrait aussi porter l'affaire devant la cour de justice européenne s'ils estiment que la France fait un usage abusif de l'article 346... On verra. En attendant Nexter, RTD et Thales vont devoir s'entendre pour répondre de manière conjointe à l'appel d'offres. « Les discussions vont bon train », confirme-t-on aux « Echos ».  

Source : Alain Ruello - Les Echos


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

 

CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez
avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.