Marseille: deux malfrats armés et cagoulés tués à la Kalachnikov dans les quartiers Nord

Deux hommes à bord d'une voiture, cagoulés et armés, ont été tués d'une rafale de kalachnikov dans les quartiers nord de Marseille, dans la nuit de lundi à mardi 31 décembre, au dernier jour d'une année 2013 meurtrière.

Les faits se sont déroulés à 1 heure du matin, sur une voie rapide près du métro Frais Vallon, dans le 13e arrondissement, à quelques mètres du lieu où Adrien Anigo, le fils du directeur sportif de l'Olympique de Marseille José Anigo, avait été abattu le 5 septembre.

Les deux hommes, Franck Espiasse-Cabau, 22 ans et Sébastien Abbas, 31 ans, étaient sous surveillance des services de police qui les soupçonnaient d'être impliqués dans plusieurs affaires criminelles. 

Ils ont été retrouvés morts dans leur voiture, une VW Golf immatriculée dans les Bouches-du-Rhône. Leur attirail et la présence, selon nos informations, de deux pistolets automatiques à l'intérieur du véhicule laissent penser qu'il s'agirait de malfaiteurs prêts à passer à l'acte. Alertés par un automobiliste, les marins-pompiers n'ont pu que constater leur décès.

Soupçonné d'avoir voulu venger son frère Djibril tué le 22 juin

Une source proche de l'enquête a confirmé que Sébastien Abbas était activement recherché : la police judiciaire le suspectait de vouloir venger son frère, Djibril Abbas, un permissionnaire de 27 ans en cavale de la prison des Baumettes, tué le 22 juin à la kalachnikov à Marseille. Il serait également impliqué dans plusieurs affaires criminelles, notamment dans le meurtre d'un jeune homme de 18 ans, le 17 novembre, à la sortie d'un café des quartiers Nord.

Les auditions de témoins étaient en cours, a précisé le directeur interrégional de la PJ, Christian Sainte, présent sur les lieux du drame aux côtés du préfet de police Jean-Paul Bonnetain et d'un représentant du parquet. Sur place, les policiers procédaient aux premières constatations, plusieurs dizaines d'étuis de kalachnikov étant disséminés au sol. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire de Marseille, déjà en charge de plusieurs dossiers de ce type.

Marseille : 20 morts dans des règlements de comptes en 2013

Ces deux nouvelles victimes, après une longue période d'accalmie, portent à 20 le nombre de morts dans des règlements de comptes à Marseille et dans sa région, souvent sur fond de trafic de drogue dans les cités.

Sources : AFP et le Parisien

Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *