La justice s'empare de l'AFFAIRE Minute...

Enquête préliminaire pour «injure publique à caractère racial»pour «injure publique à caractère racial»

Saisi mardi 12 novembre 2013 par le premier ministre, le parquet de Paris a annoncé mercredi matin l'ouverture d'une enquête préliminaire pour «injure publique à caractère racial» .

La revue d'extrême-droite a en effet décidé de titrer son numéro du 13 novembre «Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane», une allusion assumée aux attaques racistes dont est victime depuis plusieurs semaines la garde des Sceaux. Une petite fille lui avait ainsi crié, lors d'un déplacement à Angers, «C'est pour qui la banane ? C'est pour la guenon», tandis qu'une candidate aux municipales, Anne-Sophie Leclere, a récemment été écartée par le Front National pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe.

«Durant le week-end, nous n'avions pas vraiment d'idées de couverture. On pensait faire notre Une sur la guerre de 14-18 et puis finalement, l'un d'entre nous a proposé cette blague de comptoir sur Taubira. Ça a fait marrer tout le monde, on a alors décidé de la faire», a expliqué aux Inrocks un des journalistes de la revue. «L'objectif, c'était de faire parler de nous. On voulait se payer un coup de pub pour zéro euro, le contrat est rempli au-delà de nos espérances.»

La classe politique affiche une vive indignation...

Le dévoilement de cette couverture a provoqué un tollé au sein du gouvernement. Jean-Marc Ayrault a agi dès mardi soir en saisissant le procureur de la République de Paris «en application de l'article 40 du Code de procédure pénale» afin «de porter ces faits susceptibles de constituer l'infraction d'injure publique à caractère racial».

Une démarche qui a reçu, mercredi, le soutien de Jean-François Copé. Manuel Valls a indiqué de son côté que le gouvernement songeait à l'interdiction de la revue. «Nous devons étudier dans les heures qui viennent les moyens que nous pouvons prendre pour agir contre la diffusion de ce journal. Nous ne pouvons pas laisser passer cela», avait-il expliqué dans la soirée. Une possibilité toutefois difficile à mettre en œuvre.

Dans la classe politique, la condamnation est unanime. Le Parti socialiste a rapidement fait part de son indignation mardi. Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS de Paris, souhaite une «grande manifestation» mobilisant «tous les républicains» contre le racisme. Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, a pour sa part appelé à «une condamnation qui relève d'une bien autre dimension que la condamnation politique: il faut que la société fasse un rempart contre ces extrémismes, contre ces caricatures». Une indignation relayée par bon nombre de  réseaux sociaux.

Source : Le Figaro et AFP

* * *

NDLR FNCV : Au fait, où en est l'affaire du "Mur des Cons" ? 

Vous vous en souvenez ? A la suite des insultes odieuses proférées par des juges syndicalistes, contre un certain nombre de personnes, notamment le colonel Schmitt, le père de la malheureuse Anne-Lorraine assassinée dans un train de banlieue, Madame Taubira a ordonné une enquête dont nous n'avons plus la moindre nouvelle. Nous sommes impatients d'en connaître l'issue et les sanctions qui ont été prises à l'encontre des coupables.

Nous reprendrons réellement confiance dans la justice française si cette affaire abjecte du Mur des Cons, au lieu d'être étouffée, est instruite avec la même diligence et la même sévérité que l'affaire de Minute, du singe malin et de sa banane.

Et nous aurions du respect pour le monde politique et les médias, s'ils avaient exprimé la même indignation dans cette tragique affaire, ô combien plus grave et affligeante que la blague à laquelle s'est livré le rédacteur en chef de Minute, laquelle, tout en étant d'un mauvais goût certain, ne méritait certainement pas un tel tapage, ni une telle publicité.

On a la sincérité parcimonieuse et l'indignation sélective dans les médias et chez les politiciens. Pour beaucoup d'entre eux, tout est devenu calcul, duperie et faux-semblants.

C'est bien cela le plus triste pour notre pauvre pays, tombé si bas...


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *