Le groupe français Nexter, spécialiste de l’armement terrestre, a levé le voile sur le Titus, son dernier véhicule blindé à 6 roues motrices, à l’occasion du salon DSEI (Defense Security and Equipment Internationa), qui se tient actuellement à Londres.

Ce projet, développé depuis 2 ans en toute discrétion, entre dans le cadre du plan “Grand Large”, qui vise à développer les exportations du groupe afin d’être moins dépendant des commandes du ministère français de la Défense. Pour cela, il lui fallait baisser ses coûts pour répondre aux concurrents venus des pays émergents (comme Otokar en Turquie ou encore l’ex-Land Systems OMC en Afrique du Sud) sans oublier l’innovation.

Le Titus est donc un véhicule de transport de troupes blindé à 6 roues motrices de 20 tonnes, doté d’un moteur de 440 chevaux produit par l’entreprise américaine Cummins et d’un châssis fourni par le tchèque Tatra. D’une autonomie de 700 km, il peut atteindre une vitesse maximale de 110 km/h.  Il peut transporter jusqu’à 10 à 12 fantassins, en plus de son équipage de 2 à 3 soldats.

Le Titus est doté d’un blindage modulaire de nouvelle génération qui lui donne une protection balistique de niveaux 2 à 4 selon les standards Otan, ainsi qu’une capacité de résistance aux mines (niveau 4a et 4b) et aux engins explosifs improvisés de 150 km maximum. Côté armement, il peut être équipé d’un armement téléopéré de 7,62  à 20 mm et de lance-grenades de 40 mm ou d’un mortier de 81 mm.

En outre, ce véhicule peut disposer d’un Système d’Information Terminal (FINDERS C2), lequel permet à son équipage d’avoir une idée précise de l’environnement dans lequel il évolue grâce à des caméras périphériques et un robot de reconnaissance Nerva LG.

L’un des points forts de Titus est sa modularité, ce qui fait que, selon Nexter, il “est capable d’accomplir un large éventail de missions (transport de troupe, missions de combat, appui au combat et fonctions de soutien logistique) dans n’importe quel type d’engagements susceptibles de se produire dans un conflit hybride.”

Un autre avantage est son prix : 700.000 euros au minimum. Selon le patron de Nexter, Philippe Burtin, a confié que les marchés visés avec le Titus sont ceux du Moyen Orient et de l’Asie. Cependant, il pourrait, à première vue, être un sérieux candidat pour remplacer le VAB de l’armée de Terre. Mais a priori, cela ne devrait pas être le cas, Nexter étant allié avec Renault Trucks Defense pour répondre à l’appel d’offres à venir et d’autres considérations techniques devant être prises en compte. 

Source : Zone Militaire


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *