Adrien Anigo, 30 ans, a été tué jeudi 5 septembre 2013 par balles dans le 13e arrondissement de Marseille par deux motards qui ont pris la fuite, portant à 15 le nombre de morts dans des règlements de comptes dans la région depuis le début de l'année, a-t-on appris de sources concordantes.

Les faits sont survenus aux alentours de 15 h 45. Selon les premiers éléments de l'enquête, deux armes ont été utilisées, a-t-on indiqué de source proche.

Dette d'argent, trafic de cocaïne, Julien Anigo faisait partie d'un gang de braqueurs de banques...

La victime, fils du directeur sportif de l'Olympique de Marseille, était mis en examen pour des braquages de bijouteries et avait effectué un court séjour en préventive à la prison des Baumettes, puis été remis en liberté en 2010 pour vice de forme. Il faisait partie du gang des "braqueurs à la masse".

Il devait comparaître aux assises après une ordonnance de renvoi transmise en juillet dernier. La date d'audience n'était pas encore connue. Adrien Anigo gérait un bar place Castellane que son père avait financé pour le sortir de la délinquance. Selon nos informations sa mort est consécutive à une dette d'argent liée à un trafic de cocaïne. Né en janvier 1983, Anigo Jr comptait 36 inscriptions au STIC, infractions constatées: port d'armes, recel, une dizaine de vols à main armée, vols de véhicules.

Rien à voir avec les fonctions de José Anigo à l'OM

Adrien Anigo se trouvait à bord d'une Twingo quand celle-ci a été prise pour cible par deux individus circulant à bord d'une moto de grosse cylindrée, qui l'ont mitraillé à bout portant, a expliqué le procureur de la République, Brice Robin. Le jeune homme a été atteint à la tête et à la carotide, de plusieurs balles de gros calibre, selon une source proche de l'enquête. Plusieurs étuis ont été retrouvés sur place, a ajouté le procureur, sans pouvoir à ce stade donner plus de précisions. Ce règlement de comptes est étranger aux fonctions occupées par José Anigo, père de la victime, au sein de l'état-major de l'OM.

Alertés, les marins-pompiers n'ont pas pu réanimer la victime. Quatre véhicules et 14 hommes sont intervenus sur les lieux, a précisé à l'AFP un porte-parole du bataillon.

Ironie de l'histoire du jour: Adrien Anigo était abattu au moment où le nouveau Procureur de la République de Marseille prenait officiellement ses fonctions lors de l'audience solennelle au TGI de la ville.   

Source : AFP et Le Point.fr



Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *