Ce mardi matin, l’Etat a cédé l’ancienne caserne de Reuilly (12e) à la Ville de Paris pour 40 millions d’euros…

«Cette signature est le début d’un grand et beau projet et le résultat de longs mois de travail», résume Bernard Cazeneuve, juste avant de parapher le protocole de cession à la Mairie de Paris de la caserne de Reuilly, dans le 12e arrondissement de la capitale. Ce mardi matin, Bertrand Delanoë recevait dans les salons de l’Hôtel-de-Ville le ministre délégué au Budget ainsi que Cécile Duflot, ministre du Logement, pour mettre un point final à des années de négociations sur l’avenir de cette caserne délaissée par le ministère de la Défense.

40 millions d’euros contre 64 millions

La Ville souhaitait acquérir ces 2 ha quasiment vides (seul subsiste le centre d'information et de recrutement des forces armées) sur le boulevard Diderot pour les transformer en logements. Le maire de Paris ne s’est d’ailleurs pas gêné pour tacler le gouvernement précédent qui «nous a considérablement entravé». Ce dernier demandait en effet 64,5 millions d’euros à la Ville. «Soit le prix du marché, c’est ce que j’appelle une forme d’encouragement à la spéculation», glisse Bertrand Delanoë. Quatre mois seulement après l’élection de François Hollande, le maire a donc emmené le Premier ministre et Cécile Duflot voir ces lieux déserts et a fini par acquérir la caserne pour 40 millions d’euros.

Entre 400 et 500 logements

Le projet de la mairie est d’aménager 35.000 m2 en logements (entre 400 et 500) en conservant les trois grands bâtiments historiques et en y ajoutant des constructions neuves. Avec une répartition précise: 50% de logement social, 20% intermédiaire et 30% de locations au tarif libre. Et entre ces grands bâtiments, une crèche municipale de 66 berceaux, un jardin ouvert sur la ville et trois passages permettront aux piétons de traverser ces lieux auparavant fermés. C’est en réalité Paris Habitat qui deviendra propriétaire du site à la fin 2013. Côté calendrier, le concours pour les agences d’architecture est prévu pour mars 2014 et les travaux commenceraient d’ici à deux ans et demi, sauf en cas de recours. Les habitants du 12e ne pourront donc pas profiter de ces nouvelles habitations avant la mi-2017.

Un centre d’hébergement sur le site

Pour Cécile Duflot (EELV), cette signature est un «encouragement pour tous les maires bâtisseurs». En effet, cette première cession a été facilitée par la loi du 18 janvier 2013 sur la mobilisation du foncier public, qui propose une décote pouvant aller jusqu’à la gratuité pour la construction de logements sociaux. La ministre du Logement s’est aussi félicitée que la Mairie ait choisi d’installer un centre d’hébergement d’urgence (de 160 places) sur le site avant les travaux.

Quant à Bertrand Delanoë, il a profité de cette petite cérémonie pour se targuer d’avoir tenu son pari: «Dans quelques mois, Paris atteindra 20% de logements sociaux alors qu’en 2001, il n’y en avait que 13%.» 


Source : 20minutes.fr

Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *