Le 1er juillet 2013 a lieu la cérémonie, à Bamako, marquant le transfert d’autorité entre la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) et la Mission Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Les 6.200 soldats africains fournis par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) porteront désormais le béret bleu, symbole des opérations de paix de l’ONU.

Cependant, la MINUSMA devra compter, à terme, 12.600 hommes dont 11.200 soldats et 1.440 policiers, placés sous le commandement du général rwandais Jean-Bosco Kazura, lequel sera assisté par le général nigérian Abdou Kaza. L’état-major de cette mission sera sous la responsabilité du général français Vianney Pillet. La France fournira une force d’intervention rapide, amenée à intervenir en appui en cas de besoin.

Pour le moment, les effectifs de la MINUSMA sont donc loin d’être au complet. Plusieurs pays ont proposé d’envoyer des contingents, dont la Norvège (25 personnels), la Suède (70) ou encore le Bangladesh (1.000). En mai, il était aussi question d’une participation chinoise. Et elle vient d’être confirmée par Pékin, le 28 juin 2013.

Ainsi, Pékin a annoncé l’envoi de 400 militaires au Mali. “A la requête de l’ONU, le gouvernement chinois enverra 400 militaires rejoindre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali, y compris des équipes médicales, d’ingénierie et de garde”, a avancé Yang Yujun, le porte-parole du ministère de la Défense, lors d’une conférence de presse.

“Il n’y a pas de soi-disant forces de combat parmi les casques bleus”, a précisé ce dernier. “L’objectif principal des casques bleus onusiens est d’aider les pays concernés à rétablir et à maintenir la paix, à éviter les guerres et à contrôler les cessez-le-feu”, a-t-il ajouté en soulignant que “le personnel de maintien de la paix n’était pas directement impliqué dans les conflits militaires à l’intérieur des pays hôtes.”

“La force de sécurité chinoise est une équipe de garde qui sera principalement chargée de la sécurité du quartier général de la MINUSMA et des zones d’habitation des casques bleus”, a encore poursuivi Yang Yujun. “Les casques bleus chinois joueront un rôle constructif dans la sauvegarde de la paix et de la stabilité au Mali et dans l’ensemble de la région, conformément aux réglementations onusiennes de maintien de la paix”, a-t-il fait valoir.

La Chine a noué des relations avec le Mali dès l’indépendance de ce dernier. Depuis, leurs liens économiques n’ont cessé de s’affirmer, Pékin investissant notamment dans plusieurs projets d’infrastructures (bâtiments, ponts, routes, forages) et créant des “joint-ventures”, en particulier dans le secteur du textile. Les échanges commerciaux entre les deux pays se sont élevés à 230 millions de dollars en 2008.

Source : Zone Militaire


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *