Base militaire de l'Ile Longue, une protection-défense dans la profondeur

Le quotidien Le Télégramme dénonce des "failles" dans la sécurité de ce site stratégique.

L'Ile-Longue est un "joyau de la République", comme le dit un bon connaisseur de ce site, qui abrite la base des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE), en face de Brest. (ndlr : Base SNLE Ile Logue - Google Maps) Un "joyau" menacé par des entrées intempestives, comme l'explique Le Télégramme ? Les spécialistes de la protection-défense (prodef) n'en croient rien. "Si l'on s'arrêtait au filtrage et à la clôture, il y aurait en effet de quoi s’inquiéter" assure un bon connaisseur du dossier interrogé par ce blog. "Mais le filtrage et la clôture, c'est en quelque sorte de l'affichage : la partie émergée de l'iceberg et certainement pas la plus importante".

La protection-défense du site de l'Ile Longue est conçue "dans la profondeur", explique cette source, "c'est-à-dire à l'intérieur et à l'extérieur de la barrière. Mais de cela, on ne parle jamais !" Parce que ce secret fait justement partie de la sécurité. "Notre logique est celle de la surêté nucléaire, avec toute une série de barrières de confinement".

La prodef d'un site comme celui-ci n'est pas simplement statique, mais "dynamique", nous explique-t-on. C'est-à-dire ? C'est déjà secret... Elle est en tout cas assuré à la fois par des gendarmes maritimes, qui peuvent intervenir en dehors du site et par une compagnie de fusiliers marins (Cifusil) pour la défense à l'intérieur. Leurs effectifs exacts sont classifiés, mais sont de plusieurs centaines. La sécurité relève également des compétences du préfet du Finistère et les services de renseignement y contribuent.

Suite à l'article du Télégramme, le ministre de la Défense a aussitôt ordonné une "enquête" confiée à l'Inspection générale des armées. Il s'agira d'une "analyse complète de la sécurité terrestre, aérienne et maritime de l'Ile Longue".  "Nous avons des inspections presque toutes les semaines, de diverses sortes" confie une source bien informée. "Et ce que nous craignons le plus, c'est la routine qui fait baisser la vigilance". La lecture du Télégramme de ce matin - la Marine nationale n'avait pas été sollicitée auparavant - a ,pour le coup, secoué la routine éventuelle...

Source : Jean Dominique Merchet - Secret Défense


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *