Un militaire en tenue agressé au cutter quartier de la Défense à Paris

L'homme a été agressé vers 18 heures ce samedi alors qu'il patrouillait dans la station du RER A de La Défense, selon une source officielle. Il a reçu un coup de cutter au cou, mais ses jours ne sont pas en danger. Son agresseur présumé est en fuite. François Hollande ne fait pas de lien avec le meurtre d'un soldat britannique mercredi à Londres.

L'agression s'est déroulée vers 18 heures dans le hall de la station du RER A de La Défense. Une patrouille de militaires du plan Vigipirate patrouillait quand l'un des soldats a été agressé "par l'arrière, c'est-à-dire qu'il était le dernier du triangle de la patrouille", d'après Pierre Peyvel, les préfet des Hauts-de-Seine.

Le jeune homme de 23 ans a reçu un coup de "cutter ou de couteau au niveau de la nuque et du cou. Il a une plaie qui a saigné abondement mais ses jours ne sont pas en danger", précise Pierre Peyvel. Le soldat du quatrième régiment des chasseurs de Gap a été évacué vers l'hôpital militaire Percy à Clamart.

Le suspect est en fuite

De son côté, l'agresseur a pris la fuite "en direction du centre commercial", d'après le préfet. Sur place, Cécilia Arbona, envoyée spéciale de France Info, constate qu'un important dispositif de forces de l'ordre a été déployé. Un périmètre de sécurité a été mis en place aux sorties de la gare RER pour filtrer les passagers. D'après notre journaliste, il s'agit d'un homme athlétique vêtu d'une tunique blanche et de baskets beiges.

 François Hollande "Nous demandons à tous nos soldats, y compris Vigipirate, de relever encore leur attention"

Une enquête a été confiée par le parquet de Nanterre à la brigade criminelle de la PJ de Paris. D'après le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, "tout est fait pour appréhender cet individu. La vidéoprojection sera sans doute un élément important" dans l'enquête.

Réaction de François Hollande

Depuis Addis-Abeba, François Hollande a réagi à cette agression. Il a notamment refusé de faire un lien avec le meurtre mercredi d'un soldat britannique à Londres :

"Nous devons regarder toutes les hypothèses. Je ne pense pas qu'à ce stade il puisse y avoir un lien (avec l'agression de Londres, ndlr). Nous demandons à tous nos soldats, y compris Vigpirate, de relever encore leur attention et leur vigilance"

De son côté, Manuel Valls estime que le plan vigipirate n'a pas besoin d'être relevé au niveau écarlate "comme après un attentat très grave. Mais, je demande aux forces de police et de gendarmerie de redoubler de prudence".

Source : FranceInfo.fr


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *