Afin de nous distraire un peu des évènements tragiques survenus à In Amenas en Algérie et des péripéties guerrières qui se déroulent actuellement au Mali, nous vous proposons aujourd'hui un sujet plus sociétal, bien de notre époque en mal de révolution...

La PMA c'est quoi ?

La procréation médicalement assistée.

La procréation médicalement assistée (PMA), également appelée assistance médicale à la procréation (AMP) et procréation assistée médicalement (PAM), est, selon la définition de Wikipedia, un ensemble de pratiques cliniques et biologiques où la médecine intervient plus ou moins directement dans la procréation afin de permettre à des couples infertiles d'avoir un enfant.

Bien que la confusion soit courante, la PMA ne se réduit pas à la fécondation in vitro (FIV, ou FIVETE pour « fécondation in vitro et transfert d'embryon »), qui n'en est qu'une des méthodes. Le clonage humain n'est juridiquement pas considéré comme faisant partie des techniques de PMA.

Ce mode de fécondation fait appel à des techniques de pointe...

Selon le site Alwaysdata.net, c'est en 1884 que Pancoast a réalisé aux États Unis la première insémination avec sperme de donneur.

En 1959 naît le premier être vivant, un lapin, suite à la fécondation In vitro. Cette naissance est due à la médecine française.

19 ans plus tard, en 1978, naît le premier être humain au monde grâce à la fécondation In vitro. Il s'agit d'une anglaise, Louise Brown. Depuis ce succès, tous les bébés naissant grâce à cette méthode de procréation sont appelés bébés éprouvettes. La première naissance en France fut celle d'Amandine, le 24 février 1982 à l'hôpital Antoine Béclère de Clamart. La fécondation in vitro fut réalisée par le biologiste Jacques Testart, le suivi de la grossesse et la naissance par le gynécologue obstétricien René Frydman.

En 1983 est créé le Comité Consultatif National d'Ethique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE) par François Mitterrand. Sa vocation est de suggérer des orientations visant à éclairer les professionnels de santé mais aussi les juristes dans l'élaboration des lois futures. Il est composé de 33 membres pour la plupart médecins ou chercheurs mais également juristes, philosophes ou théologiens.

En 1990, chiffre record: 2 500 enfants sur 800 000 naissances sont nés par fécondation In vitro.

En 1994, les premières lois sur la Bioéthique sont adoptées par les citoyens français. Elles précisent dans quel cas les couples français sont autorisés à avoir recours à des méthodes de PMA. De plus, elles fixent les conditions du don, de l'utilisation et de la conservation des éléments du corps humain. Elles définissent également les droits et les devoirs des médecins à appliquer ces méthodes.

Ces lois seront modifiées en 2004. Il faut, être désormais 2 personnes pour avoir recours aux PMA ou bien être en âge de procréer (NB: en France, avec les nouvelles lois, il ne s'agit plus d'un père et d'une mère, mais d'un parent 1 et d'un parent 2).

En 1997 suivant la même logique le Conseil de l'Europe adopte la convention d'Oviedo pour la protection des droits de l'Homme et de la dignité de l'être humain à l'égard de l'application de la biologie et de la médecine. La fabrication d'embryons à des fins de recherche est interdite. La France a signé cette convention mais ne l'a pas ratifiée.

Cette affaire va-t-elle capoter ? Les (d)ébats resteront-ils stériles ? Peut-on espérer une ouverture, une avancée, un recul, suivis d' un jaillissement d'idées ? 

Autant de questions qui restent en suspens...

Illustration : Luttons ensemble contre la dénatalité, par la recherche et l'application des techniques de pointe... Dessin de Philippe GELUCK, paru dans le magazine VSD  ;-)

 Source : PC-FNCV

Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *