Une opération de reconnaissance en milieu désertique a été réalisée par le groupement “Terre” des Eléments français au Tchad (EFT, ou Force Epervier) dans la région du Djourab, à 1.200 km de N’Djamena, du 7 au 24 décembre.

Cette mission a mobilisé 150 militaires du 1er Régiment Etranger de Cavalerie (REC) et du 21e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa). Plus précisément, ce détachement était composé de 3 sections de combat, d’un peloton blindé doté d’ERC-90 Sagaie et d’une Section d’Aide à l’Engagement Débarqué (SAED), équipée de VLRA (Véhicule léger de reconnaissance et d’appui) et de VAB (Véhicule de l’avant blindé ).

En outre, les hommes du 1er Régiment du Train Parachutiste (RTP) ont également pris part à cette mission en effectuant deux largages depuis un avion de transport C-160 Transall de l’armée de l’Air pour livrer plus de 8 tonnes de fret aux troupes déployées dans le secteur.

L’objet de cette mission a été de mettre à jour les cartes de cette région, sujette au tempêtes de sable et aux glissements de terrains, en effectuant des reconnaissances sur les axes reliant le Niger et le centre-est ainsi que le nord-est du Tchad tout en y recensant les points d’eau. Et il s’est également agi d’apporter de l’aide aux populations locales.

Mais plus généralement, l’enjeu de l’opération Djourab a été, selon le ministère de la Défense, “d’éprouver la capacité de la force à déployer d’importants moyens matériels et humains dans un environnement difficile, sur plusieurs semaines, à plus d’un millier de kilomètres de sa base principale” et de valider les compétences de la compagnie motorisée (COMOTO) et du peloton blindé en matière de “de renseignement, tant ‘ d’ambiance’que de ‘terrain’.” L’on ne sait jamais, avec ce qu’il se passe au Nord-Mali, cela pourrait éventuellement être utile le cas échéant…

Source : zone militaire


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *