Le mythe des massacres du 17 octobre 1961, par Bernard Lugan

17 octobre 1961, le mythe d'un massacre

En reconnaissant la responsabilité de l’Etat français et en rendant hommage aux « victimes » de la manifestation interdite du 17 octobre 1961, François Hollande s’est comporté en militant sectaire, non en président de tous les Français. D’autant plus que, pour les historiens de métier, les prétendus « massacres » du 17 octobre 1961 constituent un tel exemple de manipulation qui sont étudiés comme un cas exemplaire de fabrication d’un mythe ; comme Timisoara en Roumanie, comme les « couveuses » au Koweit ou encore comme les « armes de destruction massive » en Irak.

Tout repose en effet sur des chiffres gonflés ou manipulés et sur des cadavres inventés. Dans une inflation du nombre des morts, les amis du FLN algérien et les porteurs de valises communistes ont ainsi joué sur les dates, additionnant aux 3 morts avérés du 17 octobre ceux des jours précédents ainsi que les décès postérieurs. Pour eux, tout Nord Africain mort de mort violente durant le mois d’octobre 1961 est forcément une victime de la répression policière…même les victimes des accidents de la circulation. [...]
 
Quel est donc le vrai bilan de cette manifestation ?

  • Le 17 octobre 1961, alors que se déroulait dans Paris un prétendu massacre, l’Institut Médico Légal (la Morgue), n’a enregistré aucune entrée de corps de « NA » (NA= Nord Africain dans la terminologie de l’époque).
  • Le 17 octobre 1961, de 19h30 à 23 heures, il n’y eut qu’une seule victime dans le périmètre de la manifestation et ce ne fut pas un Algérien, mais un Français nommé Guy Chevallier, tué vers 21h devant le cinéma REX, crâne fracassé. Par qui ?
  • En dehors du périmètre de la manifestation, « seuls » 2 morts furent à déplorer, Abdelkader Déroues tué par balle et retrouvé à Puteaux et Lamara Achenoune tué par balle et étranglé, gisant dans une camionnette, également à Puteaux. Rien ne permet de dire qu’ils furent tués par les forces de l’ordre.

Le 18 octobre, à 04 heures du matin, le bilan qui parvint à Maurice Legay le directeur général de la police parisienne fut donc de 3 morts. Nous sommes donc loin des dizaines de morts et de «noyés» auxquels l’actuel occupant de l’Elysée a rendu hommage !!!
 
Certes, nous dit-on, mais les cadavres ont été déposés à la morgue les jours suivants. Faux, car ce n’est pas ce qu’indiquent les archives de l’Institut Médico Légal de Paris puisque, entre le 18 et le 21 octobre, « seuls » 4 cadavres de « NA » furent admis à la Morgue :

  • Le 18 octobre, Achour Belkacem tué par un policier invoquant la légitime défense et Abdelkader Benhamar mort dans un accident de la circulation à Colombes.
  • Le 20 octobre, Amar Malek tué par balles par un gendarme.
  • Le 21 octobre Ramdane Mehani, mort dans des circonstances inconnues.

Nous voilà donc bien loin des 100, 200 ou même 300 morts « victimes de la répression » avancés par certains et pour lesquels M. François Hollande a reconnu la responsabilité de la France ! [...]
 
Source : Bernard Lugan, historien français
Article publié le 18 octobre 2012 par Aetius

 
[1]Voir à ce sujet le dossier spécial de l’Afrique réelle, novembre 2011 intitulé Pour en finir avec le mythe du « massacre » des Algériens à Paris le 17 octobre 1961.
[2] « Rapport sur les archives de la Préfecture de police relatives à la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961 ». Rapport établi à la demande du Premier ministre, M. Lionel Jospin et remis au mois de janvier 1998 par M. Dieudonné Mandelkern président de section au Conseil d’Etat, président ; M. André Wiehn, Inspecteur général de l’administration ; Mme Mireille Jean, Conservateur aux Archives nationales ; M. Werner Gagneron, Inspecteur de l’administration.
[3] Voir l’Afrique réelle, novembre 2011

* * *

NDLR FNCV : il est indispensable à la manifestation de la vérité, de rappeler les multiples assassinats perpétrés par le FLN contre la police française au cours des semaines ayant précédé la manifestation du 17 octobre 1961 et la répression qui en a été la conséquence malheureuse.
 
Comme le rappelle Wikipedia, le FLN parisien s'était abstenu d'attaquer les policiers et les harkis à partir du 5 juin 1961 respectant ainsi la trêve imposée par le GPRA pendant les négociations avec le gouvernement français.
 
Mais ce cessez-le-feu fut rompu le 15 août 1961 à la seule initiative du FLN, par une offensive contre la FPA qui fit trois morts. Le 29 août, trois policiers succombent dans cinq attaques simultanées dans différents quartiers de Paris.
 
Ces assassinats marquent le début de cinq semaines meurtrières durant lesquelles 10 policiers encore seront abattus. La vague d'attentats de septembre et octobre 1961 sera d'une ampleur que l'on n'avait jamais connue. Sept policiers en seront victimes en septembre. Il semble bien que les commandos du FLN aient reçu pour consigne d'attaquer indistinctement tout policier ou militaire en uniforme. 1961 est l'année la plus meurtrière pour la police parisienne, entre le 29 août et le 3 octobre, au cours de 33 attaques distinctes, les commandos du FLN tuent 13 policiers soit plus que le total annuel des années précédentes. 
 
Ainsi, le seul massacre qui a eu lieu durant cette sombre époque, et dont la réalité est établie par des pièces officielles incontestées, est celui des gardiens de la paix français.
 
Une manifestation de la repentance du chef de l'Etat algérien à propos de tous ces crimes serait une réponse digne et appropriée à l'hommage rendu par François Hollande aux victimes du 17 octobre 1961.

Source NDLR : PC FNCV

* * *