L' esclavage de certaines femmes musulmanes en France, en 2012, est devenu une triste réalité !               

Charia en France... ou Charia DE France ?

Son tort ? Avoir eu trop chaud sous son voile islamique. C'est parce qu'elle l'a soulevé afin de se rafraîchir qu'une jeune femme de nationalité française a été violemment frappée au visage par son mari. Le nez est fracturé, les joues tuméfiées. L'homme, Ali Nassakh, un maçon de trente ans de nationalité algérienne, a été arrêté. Il est sous les verrous.

Violent, brutal, intolérant, et de plus, menteur !

Jeudi 26 juillet 2012 après-midi, le couple, en vacances à Marseille, fait des courses dans un supermarché près des plages du Prado. La chaleur est accablante. Sur le parking, elle étouffe. Elle laisse alors glisser son voile. «Je ne supporte pas la chaleur», expliquera un peu plus tard celle-ci, qui habite à Lille. Ivre de rage, son mari la frappe. Affolé de voir la jeune femme le visage en sang, un passant donne l'alerte. Devant les policiers, elle fond en larmes quand son mari tente d'expliquer qu'elle s'est cogné la tête à une voiture garée à côté de la leur.

C'est du machisme, et non de la religion, déclare le procureur.

Présenté en comparution immédiate pour violences volontaires, l'homme a été condamné le vendredi 17 août 2012 à deux ans de prison, dont 18 mois avec sursis. Le procureur avait réclamé huit mois de prison, dont trois avec sursis.

«Nous sommes dans une culture totalement différente», a tenté de plaider Marie-Laurence Pannicat, l'avocate de la défense. «La vraie religion de monsieur, c'est le machisme», a estimé le procureur.

Coups et blessures contre les femmes en forte accélération en France

Depuis, la jeune femme est retournée dans le Nord pour «réfléchir». Ce n'est pas la première fois qu'elle est frappée par son mari. Un sombre fait divers qui corrobore les plus récentes statistiques sur les violences conjugales que vient de publier l'OND (Observatoire national de la délinquance).

«Elles sont en forte accélération» depuis trois ans, notent les auteurs. 47 573 faits de «violences volontaires sur des femmes majeures par le conjoint ou l'ex-conjoint» ont été enregistrés par les services de police et de gendarmerie en 2007. C'est 31,3 % de plus qu'en 2004. Ce type de violence représente 25,6 % de l'ensemble des faits de violence. «C'est la première fois que l'on arrive à ce constat», explique Christophe Soullez, chef de département à l'OND.

Source : Le Figaro.fr

* * *