Contrôles d'identité au faciès...
Les policiers vont ils devoir remettre un récépissé ?

Le responsable et député UMP Eric Ciotti a estimé lundi soir que Jean-Marc Ayrault "a totalement désavoué" son ministre de l'Intérieur Manuel Valls sur le sujet du récépissé évoqué par le gouvernement pour éviter les contrôles au faciès à répétition, "une mesure ahurissante" selon lui.

"Je tiens à dénoncer la cacophonie totale qui règne depuis cinq semaines au sein du gouvernement de Jean-Marc Ayrault en matière de justice et de sécurité", écrit dans un communiqué le député des Alpes-Maritimes, qui est aussi secrétaire national de l'UMP chargé des questions de sécurité.

"En affirmant que le projet de mise en place d'un récépissé remis à chaque personne dont l'identité serait contrôlée était toujours d'actualité, le Premier ministre a totalement désavoué son ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, cédant ainsi aux pressions des syndicats de magistrats d'extrême gauche. Cette mesure ahurissante verra donc le jour", croit-il savoir.

Lundi, dans la banlieue lyonnaise, Manuel Valls a expliqué devant des commissaires de police que les policiers doivent se garder de tutoyer les citoyens ou de multiplier les contrôles abusifs.

Mais il a aussi affiché un certain scepticisme sur le projet de récépissé ou de reçu évoqué le 1er juin 2012 par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et accueilli très froidement chez les policiers. "Je ne veux pas imposer un dispositif qui, très vite, tournerait au ridicule et serait inopérant", a dit le ministre de l'Intérieur.

Alors que les syndicats de policiers se félicitaient de la perspective de voir le récépissé "enterré", l'entourage du Premier ministre a assuré que le projet du gouvernement d'éviter les contrôles policiers à répétition "est toujours d'actualité" et "la concertation continue".

Source : AFP

* * *