La Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), déployée en Afghanistan sous le commandement de l’Otan, a annoncé, ce 29 mai 2012, avoir tué Sakhr al-Taifi, alias «Mushtaq and Nasim », un ressortissant saoudien membre d’al-Qaïda.

Qualifié de « deuxième plus haut responsable d’al-Qaida en Afghanistan » par l’ISAF, il commandait des « insurgés étrangers» et «dirigeait des attaques contre la coalition et les forces afghanes».

Profitant de la porosité de la frontière, il « voyageait régulièrement entre l’Afghanistan et le Pakistan » en transportant des « armes » et des « équipements ». « Après avoir identifié avec certitude Sakhr al-Taifi et un autre terroriste d’al-Qaida, et s’être assuré qu’aucun civil n’était à proximité », a expliqué l’ISAF, une « frappe précise » a été effectuée dans la province de Kunar (est).

Profitant du retrait des forces américaines en 2010, le mot d’ordre étant à l’époque de se concentrer sur le pays utile et les zones peuplées, cette région afghane passe pour être un sanctuaire d’al-Qaïda. Au cours de ces dernières années, plusieurs militants de l’organisation créée par Oussama Ben Laden y ont d’ailleurs été neutralisés.

Le nombre de combattants d’al-Qaïda en Afghanistan est estimé entre 50 et 100. D’origine saoudienne, irakienne, maghrébine, voire même occidentale, ces derniers forment une unité appelé Lashkar al-Zil (l’armée de l’ombre).

Par ailleurs, les drones américains ont également frappé au Pakistan, malgré les demandes d’Islamabad de mettre un terme à ce type de raid. Il semblerait qu’al-Qaïda ait été là aussi pris pour cible étant donné que le secteur où les opérations ont été menées est connu pour abriter des militants arabes et ouzbeks. Au total, 8 activistes ont été tués lors de deux attaques dans la région du Nord-Waziristan, plus précisément dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres autour de Miranshah. 

Source : Zone Militaire

* * *