Le véhicule blindé VAB Mark III présenté au salon Eurosatory

La lignée des VAB n’est pas prête de s’éteindre. Du moins, c’est ce qu’espère Renault Trucks Defense, qui présentera, à l’occasion du prochain salon de l’armement terrestre Eurosatory, une dernière version de ce véhicule de l’avant-blindé, dont les premiers exemplaires sont mis en œuvre par l’armée française depuis les années 1970.

Ainsi, le VAB Mark III n’est pas une amélioration du modèle précédent. En effet, même s’il conserve grosso modo l’architecture de base (6×6) de ses prédécesseurs, il a été spécialement conçu afin de prendre en compte les menaces actuelles, dont les engins explosifs improvisés, avec un blindage de niveau 4 selon la classification Otan Stanag 4569. Du coup, il s’est étoffé et affiche une masse de 20 tonnes, contre 13 tonnes pour les blindés de la gamme actuellement en service.

Aussi large que les versions précédentes, mais plus long, le VAB Mark III peut atteindre la vitesse de 105 km/h grâce à son moteur de 320 à 400 chevaux, couplé à une transmission automatique. Le véhicule est aussi doté d’un système de gonflage de pneus centralisés ainsi que de suspensions indépendantes.

Mis en oeuvre par un équipage de 3 hommes, ce véhicule sera en mesure de transporter 7 fantassins. Son armement peut être constitué par le tourelleau téléopéré TRT-25 de BAE Systems, avec un canon de 25 à 30mm.

Aérotransportable par C-130 Hercules et A400M et totalement amphibie, le VAB Mark III peut franchir des tranchées larges d’un mètre ainsi que des obstacles de 0,5 m de haut.

Pour RTD, il s’agit, avec le VAB Mark III, décliné en plusieurs versions, de proposer une alternative pour les forces armées qui cherchent à remplacer leurs VAB ou leurs M113 américains.

A priori, il ne vise pas le marché français, même si le remplacement des VAB par le VBMR (Véhicle blindé multi-rôles) de l’armée de Terre est une des priorités. Mais cela devra se faire dans le cadre de l’ambitieux programme Scorpion. D’ailleurs, RTD et Nexter se sont réunis afin de faire une offre commune pour ce contrat.

Source : Zone Militaire

* * *