A Toulouse, le tueur à scooter a ouvert le feu
sur les élèves d'un collège juif, tuant quatre personnes !

Un homme a ouvert le feu ce lundi matin 19 mars sur un groupe de parents et d'enfants devant le collège juif Ozar-Hatorah. Trois enfants figurent parmi les victimes. La police indique que le tireur pourrait être celui qui a abattu trois militaires à Toulouse et à Montauban la semaine dernière.

Le tueur, qui a utilisé une arme du même calibre que celle qui a tué les militaires jeudi, "a tiré sur tout ce qu'il y avait en face de lui".

* * *

= Édition spéciale =

Analyses balistiques : La même arme à Toulouse et Montauban !

19h00 : Le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, doit faire une déclaration à 19h15, à l'issue de la réunion de crise à l'Elysée.

18h55 :
Hommage à Notre-Dame de Paris. Ségolène Royal (PS), l'ancien maire de Paris Jean Tibéri (UMP) et quelques centaines de personnes se sont rassemblés lundi en fin d'après-midi à Notre-Dame de Paris, où les vêpres étaient célébrées en hommage aux victimes des tueries de Toulouse et Montauban.
18h50 : L'enquête se resserre autour d'anciens militaires. Selon le Point, les enquêteurs privilégient maintenant la piste évoquée quelques heures plus tôt sur le site internet de l'hebdomadaire, celle des trois militaires néo-nazis renvoyés en 2008 du 17e régiment de génie parachutiste de Montauban. Ils s'étaient fait prendre en photo devant un drapeau à croix gammée, faisant le salut nazi. Sur ces trois hommes, l'un d'eux se serait déjà manifesté auprès de la police. Les enquêteurs

16h05 : CONFIRMATION - Les analyses balistiques montrent que c'est bien la même arme qui a été utilisée pour les meurtres des militaires à Toulouse et Montauban, et la fusillade devant l'école juive ce matin. Ce scooter de type TMax Yamaha a été volé début mars à Toulouse.
Source AFP

15h50 : Les enquêteurs ont identifié sur les images de surveillance vidéo du collège la plaque d’immatriculation du scooter utilisé par le tueur. « On sait maintenant que le scooter a été acheté en mai dernier », a-t-on précisé de source policière.

15h40 : D'après les analyses balistiques pratiquées sur les douilles retrouvées, l'arme de calibre 11.43 utilisée dans le lycée est la même que celle utilisée jeudi à Montauban et dimanche dernier à Toulouse, selon Europe 1.

15h36 : Les obsèques militaires des parachutistes du 17e RGP tués jeudi par un tireur en deux-roues auront lieu mercredi à 16H45 dans la caserne du régiment à Montauban (Tarn-et-Garonne), a-t-on appris lundi de source proche de l'organisation de la cérémonie. Le président Nicolas Sarkozy pourrait participer à cette cérémonie.

15h30 : Le FN exprime sa compassion et sa solidarité. Dans un communiqué, Marine Le Pen, qui a demandé à France 2 le report de l'émission-débat initialement programmée ce soir sur la chaîne publique, explique que «suspendre le temps politique aujourd'hui est un signe de compassion et de solidarité».

15h30 : François Hollande, arrivé à Toulouse, appelle à "une réponse commune et ferme de toute la République".

15h25 : Le CSA ne décomptera pas le temps de parole des candidats quand ils s'exprimeront sur la tuerie aujourd'hui et demain.

14h50 : Benjamin Netanyahu condamne un "meurtre méprisable de Juifs".

14h30 : Lepoint.fr évoque une "piste" sur l'identité du criminel, dans l'hypothèse non encore avérée où le même homme serait responsable de la mort des militaires et de la tuerie de Toulouse. Le site souligne que des soldats réputés néonazis avaient été renvoyés du 17e RGP, en 2008.

14h00 : Le maire de Toulouse, Pierre Cohen (PS), annonce que le carnaval prévu mercredi et tous les événements festifs des prochains jours sont annulés ou reportés. "Toulouse et sa région sont traumatisés". "Je pense que le traumatisme peut être aussi fort que la tragédie AZF."

12h35 : La fusillade de Toulouse est une "tragédie nationale", dit Nicolas Sarkozy sur place. Il décrète une minute de silence dans les écoles mardi. "Absolument tout sera mis en œuvre pour retrouver" le tueur, affirme-t-il, se disant "interpellé" par la similitude entre les trois tueries de Toulouse et Montauban (Meurtre des parachutistes du 17e RGP).

12h30 : La ministre belge de l'Intérieur demande aux services de police d'exercer une "vigilance particulière" des intérêts juifs en Belgique, "en particulier des lieux d'enseignement juifs".

12h20 : Le professeur tué, Jonathan Sandler, était franco-israélien, indique un proche de la victime. "Il était parti en septembre dernier pour une mission de deux ans pour enseigner les matières juives à Toulouse".

12h05 : Cécile Deffontaines, envoyée spéciale du "Nouvel Observateur", est dans le collège Ozar Hatorah : "Ils ont fait entrer les journalistes. Dans la cour, des cercles orange indiquent les indices. Nicolas Sarkozy est arrivé avec Richard Prasquier. Nous attendons leurs déclarations."

12h : La cinquième victime est un adolescent de 17 ans très grièvement blessé, annonce le procureur Michel Valet. Il se trouvait en fin de matinée entre la vie et la mort dans un hôpital toulousain.

11h50 : "La campagne des présidentielles est suspendue" pour "honorer la mémoire" des victimes de Toulouse, affirme Benoît Hamon, porte-parole du PS.

11h25 : Le ministère de l'Intérieur annonce une surveillance renforcée autour de tous les lieux confessionnels en France.

11h00 : Selon notre envoyée spéciale à Toulouse, Cécile Deffontaines, qui a interrogé le procureur de la République, le bilan de la tuerie s'élève à "5 victimes dont 4 morts". Il s'agit d'un adulte de 30 ans, père de famille, et de 3 enfants âgés de 3, 6 et 10 ans. Un adolescent de 17 ans est également blessé.

Peu avant 8h00, "un tireur à moto ou à scooter était devant le collège, il est descendu et a tiré en face de lui, avant de se rendre à l'intérieur", a expliqué le procureur.

Il a ajouté qu'il s'agit de "projectiles de gros calibre pour la 1ère arme, et seconde arme". Selon lui, il encore "trop tôt pour établir des liens certains" avec les affaires des militaires tués à Montauban et Toulouse, mais des "éléments justifient de se poser des questions".

10h50 : Sur Twitter, un voisin de l'école raconte que des hélicoptères patrouillent dans le ciel.

  • #Fusillade #Toulouse : j'habite à 200m de l'école, les flics verrouillent le quartier, les helicos tournent dans tous les sens ...
    — Olivier Cavailhès (@nachouye) Mars 19, 2012



10h45 : Le bilan s'alourdit à quatre morts, dont trois enfants. Le tueur "a tiré sur tout ce qu'il y avait en face de lui", selon le procureur.

10h40 : Nicolas Sarkozy voit des "similitudes" avec les meurtres de paras mais affirme qu'il est "trop tôt" pour établir un "lien véritable".

10h35 : Le président du Conseil français du Culte musulman, Mohammed Moussaoui, s'est déclaré "horrifié" par l'"acte criminel indescriptible" commis lundi.

10h30 : Un témoin qui habite à proximité de l'établissement scolaire raconte au "Nouvel Observateur" : "Il était environ 8h15 et comme c'est un lycée, il y avait des allers et venues. J'ai entendu du bruit, puis un homme avec un casque de l'autre côté de la rue qui a commencé à tirer sur les jeunes".

10h25 : Des sources policières donnent des précisions sur les armes utilisées par le tueur.

L'homme a utilisé une arme, sans doute du 9 mm, à l'extérieur du collège et cette arme s'est enrayée. A l'intérieur de l'établissement, il a eu recours à une autre arme de calibre 11.43 cette fois, le même que celle de l'arme utilisée pour les parachutistes.

10h20 : Vers 10 heures, le FSJU (Fond Social Juif Unifié), structure sociale éducative et culturelle située 2 place Riquet, à environ trois kilomètres de l'établissement scolaire, a reçu la consigne de quitter les lieux. "On nous a demandé de fermer le bâtiment et de partir" réagit, bouleversé, son délégué Laurent Taieb auprès du "Nouvel Observateur", ajoutant "Est-ce une attaque contre la communauté juive ? Est-ce un acte isolé ? On ne sait rien."

10h15 : Selon des sources policières, le tueur de Toulouse serait muni de 2 armes, dont une de même calibre que celle utilisée pour la fusillade des parachutistes du 17e RGP jeudi à Montauban.

10h10 : Il y a des "similitudes" entre les agressions de paras et la tuerie de lundi, affirme Claude Guéant.

10h00 :Israël se déclare "horrifié" et se fie à Paris "pour faire toute la lumière", après la fusillade. De son côté, le grand rabbin de France Gilles Bernheim s'est dit également "horrifié" et "bouleversé" par la tuerie. Il va également se rendre à Toulouse.

9h55 : On apprend que la fusillade a également fait deux blessés graves, selon le procureur.

9h50 : Nicolas Sarkozy annonce qu'il se rend sur place avec le président du Crif, Richard Prasquier.

9h45 : La fille du directeur de l'école est grièvement blessée, selon un des parents d'élève, Charles Ben Semoun.

9h30 : L'arme utilisée serait la même que celle utilisée pour tuer les militaires à Montauban, selon BFMTV.

9h25 : Le ministère de l'Intérieur a demandé aux "préfectures de toute la France, particulièrement dans le Sud-Ouest, de renforcer la surveillance et la vigilance autour des lieux d'enseignement israélites", a annoncé son porte-parole, Pierre-Henry Brandet.

9h20 : Claude Guéant annonce qu'il se rendra à Toulouse "en fin de matinée".

9h15 : Les deux victimes sont un professeur du collège juif Ozar Hatora et ses deux enfants.

9h00  : Patrick Rouimi, un des responsables des parents d'élèves, affirme que l'homme a ouvert le feu sur des gens qui attendaient à un point de ramassage scolaire informel pour une école juive.

8h50 : On apprend que le tueur a fui à scooter, comme l'homme qui a tué deux militaires, déjà à Toulouse, jeudi.

8h15 : Un homme tire des coups de feu devant un collège juif à Toulouse, tuant trois personnes dont deux enfants.


Source : nouvelobs.com / AFP


NDLR FNCV :
Dans le respect des victimes et des familles ; nous demandons à tous nos lecteurs de faire preuve de calme et de retenue dans leurs commentaires. En vous en remerciant par avance, pour que notre journal d'infos reste objectif et ouvert à tous.

* * *