Nouvelle horreur : Agnès Marin, violée et assassinée
par un violeur SOUS CONTRÔLE JUDICIAIRE !!!

Le lycéen suspecté du meurtre d'Agnès, 13 ans, a avoué avoir violé et tué la collégienne du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) dont le corps a été retrouvé calciné vendredi soir 18 novembre 2011. D'après le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Jean-Yves Coquillat le jeune homme, qui s'était muni «d'objets», avait prémédité son acte. La jeune fille a été tuée «de façon extrêmement violente et brutale» a ajouté le procureur en précisant que sa mort remontait à mercredi, date de sa disparition.

Le lycéen âgé de 17 ans a été déféré au parquet de Clermont-Ferrand et «une information judiciaire a été ouverte pour assassinat et viol». «Il a reconnu les faits sans s'expliquer sur ses motivations pour l'instant... Sa vérité est évolutive, il a fait de très longues déclarations depuis sa dénégation totale, mais pas d'explication cohérentes sur les faits», a encore dit le magistrat, ajoutant que le mineur était «très froid et sans émotion».

Déjà en 2010 dans son village... Un premier viol...

La commune de Nages et Solorgues (Gard) est sous le choc. Le jeune violeur présumé et assassin du Chambon-sur-Lignon a grandi ici dans ce très beau village paisible et sans histoire de la Vaunage, près de Nîmes. « Un jeune sans histoire jusqu'à l'été 2010. Ses parents sont bien connus. Des gens travailleurs, sans histoire, très impliqués dans la vie associative de notre village. Ils dirigeaient notamment une association de théâtre amateur. Le fils, lui-même aîné des trois enfants jouait un rôle actif auprès de ses parents » explique Jean Baptiste Estève le maire de la ville, bouleversé par la terrible nouvelle.

La vie tranquille et villageoise du jeune garçon avait basculé une première fois pendant l'été 2010. Il a seize ans. Il est accusé du viol d'une ancienne petite camarade de classe dans la pinède qui jouxte le village. Mis en examen, il est placé en détention préventive pendant quatre mois, remis en liberté sous contrôle judiciaire. Il est ensuite éloigné du Gard et scolarisé au Chambon-sur-Lignon en Haute Loire. Dans le même temps, ses parents, lui enseignant, elle comptable, décident de s'éloigner du village de Nages qui représentait toute leur vie, une vie sociale riche. Ils ont vendu leur maison pour aller s'installer ailleurs dans le Gard.

NDLR FNCV: On connaît les conséquences abominables de ce nouvel acte de laxisme judiciaire...  

Source : Philippe Desmazes AFP

* * *