Échange d'un soldat israélien contre mille prisonniers palestiniens

Quelque 1027 prisonniers palestiniens échangés contre un seul homme, Gilad Shalit, soldat franco-israélien retenu en otage à Gaza depuis 2006... En vertu d'un accord exceptionnel entre Israël et le Hamas, le jeune militaire de 25 ans a retrouvé la liberté mardi 18 octobre 2011, à l'issue de près de 2000 jours de captivité.

Les premières images de Shalit montrent un jeune homme pâle et maigre, au regard perdu, mais qui s'est dit heureux. Diffusées par la télévision d'Etat égyptienne, ces images, prises peu après son transfert de Gaza en Egypte, le montrent rejoignant, un peu hébété, la frontière israélienne. Frêle, le regard fixe, son visage affichant un rictus entre la grimace et le sourire, loin de la figure aux allures enfantines des photos diffusées par sa famille.

Puis il y a eu les images d'une interview surprise avec la télévision d'Etat égyptienne montrant cette fois-ci un jeune homme sans casquette ni lunettes, visiblement mal à l'aise.

De retour en Israël, il a l'air plus à l'aise et les images officielles le montrent transporté après un examen de santé effectué dans une caravane revêtu de l'uniforme militaire portant le grade de sergent de première classe, auquel il a été promu durant sa détention.

Arrivé sur la base de Tel Nof, tout en raideur et son bras gauche plaqué le long du corps, les clichés officiels montre Benjamin Netanyahu embrassant le jeune homme, visiblement submergé par l'émotion. Sur les images suivantes, le jeune soldat, salue le Premier ministre, avant de s'effondrer dans les bras de son père Noam Shalit. Lors de son périple en hélicoptère, il a eu une défaillance qui s'est manifestée par des nausées. A un moment, selon les médias, il a été question de l'hospitaliser. Mais finalement les médecins l'ont autorisé à regagner son foyer.

Une série de photographies témoignent de ces retrouvailles, espérées depuis plus de cinq ans par la famille Shalit autant que par une l'immense majorité des Israéliens : sur l'une, le père embrasse son fils, sur une autre, ils marchent côte à côte, le bras de Noam Shalit enveloppant les épaules de son fils.

Source : LeParisien.fr

* * *