Un conducteur de bus de la RATP aspergé d'essence par des criminels masqués à Gennevilliers

Samedi 15 octobre vers 21h, alors que le conducteur de bus de la ligne 235 avait stoppé à un arrêt de bus situé au cœur de la cité sensible du Luth, deux hommes, le visage masqué, ont "jeté un liquide inflammable, sans doute de l'essence, à l'intérieur du bus et l'ont enflammé".

"Le conducteur a réagi immédiatement en arrêtant l'incendie, qui n'a fait que peu de dégâts, à l'avant du bus".

Une tentative d'assassinat, sans raison

Mais quand "le conducteur du bus a voulu sortir du véhicule, il a glissé sur le liquide et une fois à terre, les individus l'ont aspergé avec ce qui restait du produit, et ont tenté de l'enflammer sans y parvenir".

Les agresseurs ont ensuite pris la fuite.

"Il n'y a pas de blessé, ni côté conducteur, ni côté passagers", selon la RATP. Les lignes de bus desservant la cité du Luth ont été déviées pendant la soirée, a-t-on appris auprès de la préfecture.

L'enquête a été confiée à la sûreté territoriale des Hauts-de-Seine.

Une zone de banlieue à risque

Plusieurs incidents ont déjà eu lieu dans les transports desservant les villes voisines d'Asnières et de Gennevilliers, en particulier dans la zone limitrophe aux deux communes, régulièrement en proie à des sursauts de violence.

Début août, cinq agents de la RATP avaient été blessés dans une altercation avec des "jeunes habitants" d'Asnières (Hauts-de-Seine) causée par un problème de circulation qui avait dégénéré. Le trafic de trois lignes de bus desservant Asnières avait été interrompu le temps d'une soirée.

Source : La Dépêche.fr

* * *