Non content d’avoir échappé à la vigilance des gendarmes au cours de son transfert le 27 juin 2011 de la prison de Châteaudun (Eure-et-Loir) vers le tribunal de Besançon (Doubs), Saïd Bahmed alias Dias-Fourara, un jeune délinquant multiplie depuis les insultes et les provocations dans une vidéo postée sur le site Internet YouTube. Depuis sa mise en ligne, qui remonte au 29 juillet, ce document amateur titré « La liberté n’a pas de prix », dans lequel le jeune fugitif de 24 ans apparaît à visage découvert, a déjà été visionné à près de 14.000 reprises.

« Je suis parti direct, j’ai pas cherché à comprendre. Ils voulaient pas me transférer, j’ai pris mes jambes à mon cou. La porte s’est ouverte et voilà! » claironne le jeune garçon dans cette vidéo réalisée par l’improbable site Teuchiland.tv.

Le parquet de Besançon a confirmé que le jeune homme s’exhibant au fil des images était bien celui qui s’était évadé du tribunal alors qu’il devait être jugé pour des faits de violence aggravée. Le jour des faits, Saïd Bahmed a profité de l’arrêt du fourgon cellulaire dans la cour du palais de justice pour se glisser sous une porte automatique qui était en train de se refermer avant de disparaître avec une paire de menottes dont il est parvenu à se libérer et qu’il arbore d’ailleurs fièrement devant l’objectif de la caméra.

Condamné à un an de prison ferme

Les auteurs de cette vidéo ont quand même pris le soin de ne filmer aucun élément qui pourrait permettre de remonter jusqu’au lieu où se cache l’évadé, qui a finalement été condamné à un an de prison ferme, assorti d’un mandat d’arrêt.

« Vous pouvez toujours chercher, mais vous ne me trouverez jamais », nargue-t-il encore avant de s’emparer d’une liasse de billets et de revendiquer clairement « être dans la meca (NDLR : drogue) ! ».

Le jeune garçon, qui est en compagnie de plusieurs inconnus, le visage dissimulé sous une cagoule, est déjà connu des services de police notamment pour des affaires d’outrages, recel, menaces et trafic de stupéfiants.

« Il s’agit de bassesses de la part d’un jeune garçon qui doit savoir que, tôt ou tard, il aura affaire à nouveau à la police, réagit Yannick Danio, délégué national pour le syndicat de police Unité SGP-FO, après la découverte des propos tenus à l’égard des forces de l’ordre. Avec cette vidéo, il ne fait qu’aggraver son cas. »

Aux dernière nouvelles, il accepterait de se rendre...

Le fugitif a expliqué lundi 8 octobre midi à France 3 être prêt à se rendre. Cela dit, il pose certaines conditions à sa reddition : "Je compte me rendre, mais si on me met dans un centre de détention près de chez moi", explique Saïd Bahmed. Pas sûr que la justice apprécie ce marchandage... 

Il explique désormais tout le respect qu’il porte aux forces de l’ordre et son désir de rendre sa mère heureuse : "Franchement, sincèrement, si je vous ai offensé, si je vous ai vexé ou blessé, ce n’était pas mon intention, mais vraiment pas du tout mon intention, parce qu’avant tout, moi, je suis un mec qu fait de la musique, du rap. Mon intention, c’était de me faire connaître dans le milieu du rap, pas dans le milieu de la voyoucratie, de la criminalité. Moi je suis pas un criminel, pas un bandit et je compte pas devenir un bandit, je veux faire ma vie avec ma femme, ma famille, rendre ma mère heureuse, lui ramener un peu d’argent... c’est bon s’il vous plaît", conclut-il, l’air de dire que la police l’empêche de réaliser son projet de vie. 

Récidiviste, Saïd Bahmed a déjà été condamné pour violences aggravées, recel, trafic de stupéfiants et outrage à personne dépositaire de l’autorité publique. Si sa carrière échoue dans le rap, il peut toujours tenter la Comédie française... il a assurément l’étoffe d’un grand comédien.

Source : Agoravox