De la difficulté de redresser éduquer les jeunes en échec scolaire

Si l’on en croit le Parisien, les cadres du 121ème Régiment du Train de Montlhéry ont eu fort à faire avec une quinzaine de collégiens de l'Etablissement de réinsertion scolaire (ERS) de Nanterre (92).

L’Education nationale a pris l’initiative d’envoyer en stage au 121ème RT des élèves en grande difficulté, afin de leur faire goûter la vie et la discipline militaires : lever à l’aube, TIG (travaux d’intérêt général), éducation civique, course d’orientation, marche, etc… D’après le quotidien, l’inspection d’académie a même souhaité que les déplacements se fassent «au pas cadencé».

Seulement voilà, ces adolescents ont donné du fil à retordre aux militaires du 121ème RT, au point que ce stage a viré au fiasco, étant donné qu’il a été marqué, écrit Le Parisien, par des « altercations à répétition et une hostilité ouverte à l’égard des encadrants ».

Quant à la Marseillaise, un gradé a confié que « certains la chantaient en rap en modifiant les paroles comme ont peut l’imaginer ». « On a beau avoir essayé de les séparer, d’isoler ceux qui apparaissaient comme des meneurs, c’était très difficilement gérable » a-t-il expliqué.

Etant donné que ces jeunes « stagiaires », rétifs à toute idée de discipline et de rigueur (sinon, ils ne seraient pas dans un établissement spécialisé), n’avaient pas le statut militaire, les cadres du 121ème RT ne pouvaient pas leur appliquer les sanctions auxquelles s’expose une recrue en cas de manquement.

Source : zone Militaire

* * *