Assaut sur le port de Marseille bloqué par les marins CGT de la SNCM

GIPN, gendarmerie maritime et CRS ont mené l'assaut jeudi matin 10 mars 2011 sur le port de Marseille.

Une prise d'otages ?
Non, une opération de déblocage du port, bloqué dès mardi par les marins CGT de la SNCM (Société nationale maritime corse Méditerranée) en grève depuis le 31 janvier. L'évacuation s'est passée dans le calme, rapporte La Provence, et quatorze marins ont été interpellés. À bord de canots du Ferry Casanova, ces derniers empêchaient les navires d'entrer et de sortir du port. Plusieurs embarcations avaient été déroutées mardi et mercredi vers Toulon, ne pouvant débarquer leurs passagers dans la cité phocéenne.

Les deux passes bloquées sont désormais libérées depuis 7h30, a confirmé la direction du port. Frédéric Alpozzo, responsable CGT à la SNCM, s'est emporté contre l'interpellation de ses collèges « arrêtés et menottés comme des voyous ». « Voilà la première réponse du gouvernement. Ca ne suffira pas, il faudra qu'il en apporte d'autres », a t-il déclaré.

Et de rappeler que le mouvement de grève, à l'origine pour protester contre la diminution programmée des rotations entre Nice et la Corse, continue malgré tout. " Le gouvernement ne joue pas son rôle de médiateur" a déclaré le responsable syndical (L'Etat est actionnaire à 25% de la SNCM, les salariés détiennent 9% et Véolia est l'actionnaire majoritaire). Les grévistes craignent que la diminution des rotations ne cache un plan de licenciement.

La situation s'était brusquement tendue mercredi, des navires tentant de forcer le blocus. Un porte-conteneur avait actionné ses lances à incendie vers les grévistes pour forcer le barrage et quitter la rade sud. Deux autres bateaux avaient par la suite forcé le passage dans la journée.

Source : France Soir

* * *