Les SAS libèrent 150 employés britanniques de compagnies pétrolières en Libye

Contrairement à ce qu’avait affirmé, la semaine passée, la chaîne d’informations Sky News, ce ne sont pas les hommes du Special Boat Service mais ceux du Special Air Service, les SAS, qui ont été mobilisés pour intervenir en Libye.

Et c’est ce que ces derniers ont fait, au cours d’une audacieuse opération planifiée pour évacuer 150 employés britanniques de compagnies pétrolières, qui étaient alors sous la menace de mercenaires à la solde du régime du colonel Kadhafi.

Pour cette opération, les hommes du SAS ont d’abord rejoint Tripoli en civil et via des vols commerciaux. Une fois arrivés à l’ambassade britannique, ils ont reçu leurs équipements arrivés par valise diplomatique.

Ensuite, ces militaires d’élite se sont rendus sur les sites pétroliers afin de rassembler les ressortissants britanniques qui s’y trouvaient. Pendant ce temps, trois avions C130 Hercules de la RAF ont été mis en alerte à Malte.

Après avoir avoir été conduits vers des points de ralliement dans le désert libyen et que les hommes du SAS – avec l’aide d’agents de sécurité de compagnies pétrolières – ont aménagé sommairement des pistes pour permettre à des avions de se poser, les 150 civils ont alors pu embarquer, en deux temps, à bord de deux C130 Hercules ayant discrètement décollé de Malte, sans la moindre autorisation de survol du territoire libyen. D’où la nécessité pour les deux appareils de la RAF de voler à très basse altitude, afin de rester sous la zone de détection des radars libyens.

Selon le quotidien The Daily Telegraph, l’opération d’évacuation était toujours en cours le 27 février au soir. Outre les 150 employés des compagnies pétrolières, il y aurait encore environ 400 ressortissants britanniques bloqués en Libye.

Par ailleurs, le dispositif militaire mis en place par Londres fait également appel à la frégate Cumberland. Le bâtiment de la Royal Navy a accosté à Benghazi pour prendre à son bord 200 civils, dont 50 ressortissants britanniques.

Source : Zone Militaire

* * *