Nommé en novembre 2011, Alain Juppé n’aura effectué qu’une centaine de jours, à peine, à la tête du ministère de la Défense.

Gérard Longuet, nouveau ministre de la Défense

Après les déboires tunisiens de Michèle Alliot-Marie, le maire de Bordeaux a été désigné pour lui succéder au Quai d’Orsay. Ce scénario était dans l’air depuis quelques jours et ne constitue donc pas une réelle surprise et l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac retrouve ainsi des fonctions qu’il avait occupées entre 1993 et 1995.

Alain Juppé parti au ministère des Affaires étrangères, restait à lui trouver un successeur à l’Hôtel de Brienne. Deux noms ont circulé : ceux de Brice Hortefeux et de Gérard Longuet.

Et finalement, c’est le président du groupe UMP au Sénat qui sera le prochain ministre de la Défense. Par ailleurs, les gendarmes changeront aussi de « patron » puisque Brice Hortefeux va laisser la place à Claude Guéant au ministère de l’Intérieur pour occuper un poste de conseiller à l’Elysée.

Né le 24 février 1946, Gérard Longuet a commencé ses activités politiques en participant à la création de l’organisation Occident, proche de l’extrême droite, dans les années 1960. Il y côtoie alors Alain Madelin et Patrick Devedjan. Cet activisme lui vaudra d’être condamné à une peine de prison et à 1.000 francs d’amende pour « complicité de violence et voies de fait avec armes et préméditation ».

Admis à l’Ecole nationale d’administration (ENA) en 1971, il devient directeur des cabinets préfets de l’Eure, puis de la Somme avant d’entamer une carrière ministérielle auprès de Jacques Dominati, alors secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, qui était à l’époque Raymond Barre.

Député et Vice-président du Conseil général de la Meuse en 1982, il est nommé secrétaire d’Etat en charge des Télécommunications, puis ministre délégué du gouvernement Chirac en 1986.

Président du Parti républicain de 1990 à 1995, Gérard Longuet devient président du Conseil général de Lorraine en 1992, puis retrouve un portefeuille de ministre à la faveur de la seconde cohabitation, trois ans plus tard.

Mis en cause pour une affaire de financement illicite du Parti républicain et celui de la construction de sa villa, il démissionne du gouvernement Balladur en octobre 1994. Plus tard, il sera également mis en cause dans l’affaire des marchés publics d’Île-de-France. Il sera finalement relaxé de toutes les accusations qui ont été portées contre lui.

Elu sénateur en 2001, Gérard Longuet revient sur le devant de la scène politique en obtenant la présidence de l’Association des régions de France (ARF). Cependant, en mars 2004, il est battu lors des élections régionales et perd ainsi la direction de la région Lorraine.

Quant à son passé militaire, et d’après son site Internet, l’on sait seulement qu’il est lieutenant de réserve après avoir effectué son service national dans un régiment d’artillerie en 1970-1971.

Source : Zone Militaire

* * *