Moscou la cathédrale sainte Basile

A Moscou aussi, les islamistes font régner leur loi dans la rue.

En Europe de l’Ouest, la Russie a toujours l’image d’un pays émergent que les médias dépeignent comme un Etat semi-dictatorial. Toutefois le pays souffre de plus en plus des mêmes maux que les nôtres, mais, comme l’ordre règne encore, il peut nous sembler que la paix civile y règne aussi. Pourtant, depuis un mois, la situation semble avoir atteint un seuil critique tant au niveau des manifestations ostentatoires des populations immigrées que dans l’agressivité de leurs revendications.

La mort le 6 décembre 2010 d’un jeune Moscovite tué par une bande d’immigrés du Daghestan a provoqué une véritable flambée nationaliste qui s’est traduite par des confrontations violentes entre jeunes Russes et immigrés caucasiens.

Cette situation explosive qui a nécessité l’envoi de plusieurs milliers de policiers en renfort et l’intervention du président Medvedev est le résultat de la présence de plus en plus oppressante d’une communauté étrangère qui refuse de s’intégrer et qui serait aussi à l’origine de la hausse de la criminalité incessante à Moscou. Un état de fait exacerbé par l’occupation de facto d’un certain nombre de rues par des milliers de musulmans en prière.

Un point de non retour semble avoir été atteint lors des célébrations de l’Aid le mois dernier du fait du blocage total de grands boulevards qui empêchait certains habitants de rentrer ou de sortir de chez eux. Une situation qui n’est pas s’en rappeler le blocage la situation dans certains quartiers de Paris.

Source : Novopress - Moscou 12 décembre 2010

* * *