Comment nos politiciens ont ils pu en arriver là ? Car même au moment de la cagnotte à Lionel Jospin, la Défense a eu droit au tour de vis. Depuis, le rétrécissement de nos forces a été spectaculaire, au point que même la gauche s’en est inquiétée, mais par démagogie électorale plus que par raison. La crise certes en porte une lourde responsabilité, mais le fait est là, la France ne dispose plus de forces armées crédibles et chacun d’entre nous ayant gardé le contact avec nos camarades de l’active, toutes armes comprises…se pose la question de l’avenir de nos descendants à moyenne et lointaine échéance. L’absence d’un vrai gouvernement européen, d’une armée européenne qui ne se construit pas  à la va-vite, menace notre avenir alors que lentement l’ennemi a introduit chez nous son cheval de Troie.

Devant la chienlit renaissante et l’ambiance de guerre civile qui se propage dans certains milieux, nous sommes en droit de nous demander dans quel genre  de démocratie nous vivons. Un journaliste du Monde ose parler de simple « éraflure économique » après les grèves de ce mois ci. Plus de cent pétroliers en attente devant Marseille. Chaque pétrolier bloqué en mer coûte plus de 30.000 dollars par jour. Sans parler des coûts de remise en route des raffineries et autres installations. Les régions les plus gravement touchées étaient : la Normandie, l’Île de France, la Picardie, le Centre et le Limousin. L’Union des Industrie chimiques, dépendant du pétrole, prétend avoir eu 500 millions d’Euros de déficit à l’exportation et vraisemblablement perdu de nombreux clients étrangers exaspérés par le comportement des Français.

Ne parlons pas des transports routiers et de l’augmentation de 10 à 15% du prix du gazole. Quand on connait nos chiffres à l’exportation où nous ne sommes plus compétitifs dans de nombreux domaines, notre pays est en train de perdre toute crédibilité internationale. Mais c’est en toute impunité que la CGT notamment, qui dans le passé a coulé le grand port de Marseille, sabordé la marine marchande (souvenez vous du France, notre orgueil national !), poursuit son œuvre destructrice dans l’indifférence générale. Sommes nous concernés, nous qui avons risqué notre peau pour l’amère patrie ? Ou condamnés à demeurer des ilotes ? Nous qui n’avons jamais eu le droit de grève, ni réclamé. Nous qui n’avons eu le droit de vote qu’en même temps que les femmes  dans un pays se prétendant république démocratique !

Alors ? Nous qui ne sommes plus que des citoyens civils, n’avons-nous plus le droit de nous exprimer ? Réservé aux excités  irresponsables, à des syndicats non représentatifs de la majorité du pays, aux médias œuvrant pour l’opposition et aux gauchistes de tout poil. Nous qui faisons partie de la France profonde. Sommes-nous devenus des veaux ? Je vous pose la question car très bientôt le pays risque de basculer dans un archaïsme utopique et démagogique qui nous a déjà coûté très cher. Si nous n’allons pas voter car trop écœurés, nous ferons le jeu des saboteurs qui se révéleront incapables de nous sortir de l’ornière dans laquelle ils enfoncent notre pays.

En attendant, réveillez vous, camarades. L’heure est plus grave que ne le croient la plupart de nos concitoyens. EXPRIMEZ VOUS !

Source : Jean Campistron

* * *