Le ministère français des Affaires étrangères a aussi condamné un "acte indigne", dont les coupables "se sont déshonorés".

"C'est sur notre profonde volonté de réconciliation que repose l'amitié franco-allemande et notre avenir commun dans l'Europe", dit le Quai d'Orsay dans un communiqué.

L'Alsace, territoire disputé à la France par l'Allemagne au XIXe et au début du XXe siècle, était allemande depuis 1871, lors de la Première guerre mondiale, à la suite de laquelle elle est redevenue française.

Source : Reuters et le Point.fr

* * *

Le Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants, Hubert Falco condamne avec fermeté ces actes odieux : « La mort emporte avec elle toutes les différences et commande à chaque vivant le plus profond respect. Le respect dû aux morts est certainement la plus ancienne règle de l'humanité. Ces profanations ne contreviennent pas simplement à notre droit : elles heurtent la conscience de tout homme. »

Soixante-dix ans après la Seconde Guerre mondiale, c'est tout le monde combattant français qui est choqué, dans ses principes, par un tel vandalisme. « A Guebwiller, explique Hubert Falco, les anciens ennemis reposaient dans la même terre. Troubler le repos des uns, c'est violer aussi celui des autres. »

Dans cette occasion douloureuse, le Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants transmet à son homologue allemand son amitié et sa solidarité.

Hubert Falco demande à la police de retrouver les auteurs de cet acte scandaleux, afin que la justice puisse leur appliquer les plus sévères sanctions.

Source : Secrétariat d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants
Aurélie BROCHOT   Conseillère presse et communication

* * *