L'identité déclarée devient une faculté au lieu d'une obligation

Le général Bouquin souligne cependant que deux cas justifient le maintien de l'identité déclarée : soit le besoin exprimé par le candidat, soit le délai nécessaire à l'autorité militaire pour vérifier une identité qui lui paraîtrait douteuse. Le COMLE ne précise pas qu'une troisième raison impose cette évolution. L'arrivée des passeports biométriques signifie en effet la fin des doubles passeports avec deux identités différentes, ce qui est le cas pour les légionnaires disposant d'un document délivré par leur pays d'origine, et d'un autre par les autorités françaises sous identité-Légion. Quand le général écrit qu'une évolution encadrant l'identité déclarée est donc "envisageable", il est sibyllin. La décision est prise et devrait entrer en vigueur très rapidement.
 
Dans un rapport parlementaire titré "La Légion étrangère, unité d'élite au XXIe siècle", pour lequel elle a commencé à enquêter en juin 2009 et dont la publication est imminente, Marylise Lebranchu (questeur socialiste de l'Assemblée nationale, membre de la commission de la défense et ancienne garde des Sceaux) proposera justement, parmi de nombreuses autres mesures, que l'identité déclarée devienne pour les légionnaires une faculté, au lieu d'une obligation.
 
Par anticipation, la Légion accède à cette demande, pour laquelle elle devra cependant obtenir l'accord du ministre de la Défense, Hervé Morin. Par ailleurs, Mme Lebranchu devrait demander, selon nos informations, qu'un permis de séjour officiel soit automatiquement accordé par les autorités civiles à tout légionnaire dès la signature de son contrat. Ce n'est pas gagné...    
 
Source : Le Point.fr - Jean Guisnel

* * *