Enfin, pour assurer la sécurité, la France a proposé à ses partenaires européens d’envoyer 1.000 gendarmes dans le cadre de la Force européenne de gendarmerie (FGE) créée en 2004 et qui rassemble – en plus des Français – l’Italie, l’Espagne, les Pays-Bas, le Portugal et la Roumanie. Finalement, il n’est question que de déployer 140 à 150 hommes supplémentaires pour aider au maintien de l’ordre.

Déjà, Paris dipose en Haïti de cinq pelotons de gendarmerie mobile (EGM 24/6 d’Antibes, 23/1 de Melun et 11 gendarmes de la Garde Républicaine), de personnels de l’Unité nationale d’identification des victimes de catastrophe (UNIVC), composé par 8 gendarmes et de 6 policiers ainsi que de l’état-major projetable de la force de gendarmerie mobile d’Ile-de-France (FMGI).

Enfin, 21 militaires supplémentaires devaient d’envoler ce 18 janvier vers Port-au-Prince pour, entre autres, renforcer le personnel de protection de l’ambassade. Avec les 25 membres de la Minustah sous mandat de l'ONU, la France compte déjà plus d’une centaine de gendarmes à Haïti.

A signaler : Deux autres gendarmes, originaires du Morbihan, alors en vacances à Saint-Domingue, ont rejoint Haïti pour prêter main forte à leurs camarades.

Source : Zone militaire

* * *