Le pronostic vital du capitaine est «engagé»

Le sergent-chef décédé était infirmier du 402e régiment d' artillerie  de Châlons-en-Champagne. Le capitaine, dont le «pronostic vital est engagé», selon le porte-parole, est membre de l'état major de la 1ère brigade mécanisée, également basée à Châlons-en-Champagne.

L'incident s'est déroulé dans la province de Kapisa, au nord-est de Kaboul, là où le 30 décembre, deux journalistes français de la chaîne de télévision France 3 avaient été enlevés, avec leurs accompagnateurs afghans, par des talibans. «C'est une région qui a toujours été sensible, disputée, dans laquelle il y a des combats depuis près de 30 ans, précise le porte-parole. Si la partie nord est relativement calme, la partie sud est agitée avec différents groupes d'insurgés».

L'armée française y est présente depuis août 2008 et aide l'armée afghane à étendre sa zone d'influence. «Au départ, il y avait deux bases principales, et petit à petit, on construit des postes avancés pour l'armée afghane», indique Chritophe Prazuck. «En mars 2009, une opération conjointe avait permis de rentrer dans la vallée d'Alasay et d'y construire  trois postes de l'armée afghane. Evidemment, la présence des forces de sécurité afghanes est contestée par les insurgés, qui essaient par des pièges, par des mines, par des actions de harcèlement, de montrer, principalement à la population, qu'ils sont toujours présents. C'est ce qui s'est passé ce matin».

L'engagement de la France en Afghanistan 

Dans un communiqué, le chef de l'Etat a fait part lundi de sa «vive émotion». «Un sous-officier a payé de sa vie l'engagement de la France au service de la paix et de la sécurité du peuple afghan, tandis qu'un officier a été très grièvement blessé», a poursuivi le président de la République Nicolas Sarkozy, en s'associant « à la douleur de leurs familles et de leurs proches».

Nicolas Sarkozy a ajouté que «ses pensées (allaient,ndlr) également à leurs compagnons d'armes de la 1ère brigade mécanisée et du 402ème régiment d'artillerie de Châlons-en-Champagne». Il a réaffirmé en outre «son soutien au peuple afghan et aux autorités afghanes». Condamnant «avec force cette violence aveugle», il a «exprimé la détermination de la France à continuer d'œuvrer au sein de la Force Internationale d'Assistance à la Sécurité».

«Cette force, mandatée par l'ONU, a reçu la mission de contribuer au retour de la stabilité, au rétablissement de la paix et au développement en Afghanistan», a-t-il conclu.

NDLR : Le sergent-chef Mathieu Toinette, tué dans cet engagement, était originaire de l'île de la Réunion. Il avait 28 ans.

* * *

38 soldats français tués en Afghanistan !

12 janvier 2009 - Le capitaine français, René Roullier, âgé de 39 ans, touché alors qu'il effectuait, le lundi 11 janvier 2010, une patrouille en milieu de matinée dans la vallée d'Alasay, en compagnie d'une section de l'ANA (Armée nationale afghane), a succombé mardi matin à de graves blessures après avoir été évacué vers l'hôpital de Bagram. Il s'était engagé à 24 ans et servait depuis juillet 2008 à la 1re brigade mécanisée de Châlons-en-Champagne. Le capitaine était en charge de l'entraînement et de la formation d'une section de l'ANA. Le décès de l'officier porte à 38 le nombre de militaires français ayant trouvé la mort en Afghanistan depuis le déploiement des premières troupes alliées, fin 2001.

Sources : AFP - Le Parisien - Le Point

* * *