Elle possédait en effet un don prophétique et était vénérée de son peuple. Mais ses succès mêmes causeront sa chute.

Orgueilleuse, intransigeante, fière de ses victoires, la Kahina ne vivait plus que pour sa tribu. Mais cette femme admirable, si longtemps écoutée et obéie, ne pourra maintenir l’unité berbère et venir à bout des éternelles rivalités tribales. Dès lors, elle prédira son propre destin et, vaincue par la trahison, elle accomplira un dernier baroud d’honneur dans lequel tomberont ses meilleurs compagnons, avant qu'elle-même y laisse la vie.

L’islamisation de l’Afrique du Nord était en marche.

C’est en s’appuyant sur les travaux des plus éminents historiens qu'un conférencier algérien a retracé avec émotion, amour et passion pour sa terre, l’extraordinaire épopée de cette « Jeanne d’Arc berbère » qui incarna avec tant de grandeur, la folie d’indépendance et la fierté passionnée d’un peuple.

Entre l'antique Thevest romaine appelée à présent Tebessa, et l'agglomération de Bir El Ater, se trouve un puits appelé « Bir el Kahina » (le puits de la Kahina), en référence ou en souvenir du lieu où elle aurait été tuée. À Baghaï, actuellement petit village à une vingtaine de kilomètres de Khenchela, les habitants désignent certaines ruines anciennes comme étant les ruines du « palais de la Kahina ».

Le nom de la rivière Meskian, où Kahina remporta sa première victoire contre le général Ibn Numan, ainsi que celui du village de Meskiana qu'elle arrose, viendraient des mots berbères Mis n Kahina qui signifie « les fils de Kahina ». Certains berbères chaouis des Aurès disent qu'ils ont le «nez de la Kahina», légèrement busqué.

La victoire de Charles Martel à Poitiers en 732 contre l'invasion islamique arabe de la France

Trente ans avant la victoire de Charles Martel à Poitiers, la dernière bataille de la Kahina !

En 702, à Tabarqa,après plusieurs années de combats, Dihya s'engagea dans sa dernière bataille. La défaite de ses troupes fut en partie due à la trahison d'un jeune Arabe que la reine avait épargné et adopté selon la coutume de l'anaïa (protection) en vigueur chez les anciens Berbères.

Voyant que tout était perdu, Dyhia envoya ses deux fils se rendre à l'envahisseur. Elle-même continua de combattre mais, trahie, fut faite prisonnière puis décapitée dans les environs d'El-Djem, et sa tête remise au calife. Sa disparition permit la reprise de la progression des armées arabes vers l'ouest du Maghreb et vers l'Europe. C'est exactement trente ans plus tard, que le 25 octobre 732 à Poitiers, Charles Martel et son armée mirent un terme aux incursions arabo-musulmanes qui furent contraintes de refluer vers l'Espagne.

Le personnage historique de Dihya la Kahena est devenu de nos jours un symbole, tout comme  Massinissa, Jugurtha, et Saint Augustin. La tradition orale des Chaouis ne donne pas beaucoup de  précisions sur tout le parcours historique de la Kahina ni même sur sa tribu des Dejrawa. Mais "la Belle Gazelle" reste la reine de coeur des Chaouis.

* * *