Six embarcations qui mouillaient dans le Vieux port ont été incendiées par les fumigènes des supporters déçus et deux d'entre elles ont même coulé. Derrière la Canebière, dans le quartier Belsunce, la bibliothèque de l'Alcazar a vu quelques-unes de ses vitres voler en éclat, un fast-food situé près de la porte d'Aix a lui aussi été dégradé. Plusieurs véhicules ont été endommagés et des poubelles enflammées. « Les dégâts sont importants », a confié au Parisien le directeur départemental de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône.

Déjà, des incidents en octobre 2009 lors d'un précédent match de foot !

Les incidents n'ont fait aucun blessé. Les forces de l'ordre ont procédé à huit interpellations, essentiellement pour des jets de projectiles. Cinq cents policiers, CRS et membres des Brigades anticriminalité avaient été mobilisés pour la circonstance. Des incidents s'étaient déjà déroulés à Marseille le 11 octobre dernier à l'issue de la victoire de l'Algérie contre le Rwanda. La cité phocéenne compte la première communauté d'origine algérienne de France, avec plus de 100.000 ressortissants.

Le match a également provoqué des remous à Lyon où la police a tiré avec des flashballs afin de disperser une centaine de supporteurs qui s'étaient attroupés dans le centre-ville après la fin du match. Quatre personnes ont été interpellées. En revanche à Paris, plusieurs milliers de partisans de l'Algérie ont défilé, malgré leur défaite, dans une ambiance bon enfant sur les Champs-Elysées.

En Egypte où avait lieu le match Egypte-Algérie, des incidents sont aussi survenus. Des dizaines de jeunes Egyptiens ont caillassé des bus transportant des supporteurs algériens samedi soir au Caire. Au moins quatre véhicules ont été attaqués. De vives tensions avaient précédé cette rencontre cruciale entre les deux formations rivales. Ces dernières semaines, les supporteurs des deux équipes se sont invectivés par médias interposés et sur internet, au point que les autorités des deux pays ont dû multiplier les appels au calme. Les inquiétudes ont culminé jeudi soir avec le caillassage du bus de la sélection algérienne peu après son arrivée au Caire. Les traces de l'agression étaient d'ailleurs visibles pendant la rencontre sur deux des trois joueurs de foot algériens blessés, qui portaient des pansements à la tête.

Les deux équipes se retrouveront mercredi prochain au Soudan pour un match décisif, à l'issue duquel les vainqueurs empocheront leur qualification pour la phase finale du Mondial en Afrique du Sud. 

Source : Lefigaro.fr

* * *