Une stratégie militaire "sans surprise"

Mais les Allemands ont choisi de ne plus éviter la confrontation, même s’ils n’ont pas gagné le droit de la provoquer. Leurs patrouilles se retrouvent donc dans la situation dangereuse et absurde de devoir «s’avancer» de manière à ce que les talibans engagent les hostilités (stratégie détaillée par des rapports internes). L’absence d’effet de surprise est garantie.

Face à ces évolutions, le ministère de la Défense et les pontes de la Bundeswehr discutent donc de l'envoi de systèmes d’armements lourds, tel l’obusier blindé Panzerhaubitze 2000. De même, en attendant l’élection d’une nouvelle Assemblée peut-être plus favorable, en septembre, on étudie la possibilité de faire jouer certaines règles de droit international. Celles-ci pourraient éventuellement primer sur le mandat parlementaire et permettre aux soldats allemands de pratiquer la riposte «active», voire «préventive». Rien n’est encore fait.

La firme Rheinmetall sollicitée  

Pour assurer leur protection, les troupes allemandes basées à Kunduz et à Masar-I-Sharif vont recevoir des systèmes C-RAM (Counter Rocket Artillery and Mortar) de Rheinmetall. Le contrat, de 110,8 millions d’euros, porte sur deux systèmes dotés chacun de six canons automatiques de 35 mm. Il faut y ajouter un autre contrat de 13,4 millions d’euros pour la fourniture des munitions programmables de type “Ahead”. Ce contrat est important pour Rheinmetall, qui entend répondre aux besoins des pays ayant des forces engagées dans des environnements les exposants à des menaces asymétriques.

Source : TTU On Line

* * *