Sondes Pitot "givrées" dans l'Airbus A330 ? 

Sur l’Airbus A330 des capteurs de pressions, les sondes "Pitot", au nombre de trois permettent d’indiquer la vitesse air de l’avion, cette vitesse est nécessaire au pilotage automatique et manuel. Un givrage possible des sondes Pitot semble être une hypothèse de dysfonctionnement.

Dans les minutes qui ont précédé la disparition du vol AF447 des écrans radars, l’appareil a envoyé une vingtaine de messages automatiques de défaillances techniques. Dont l’un concerne la sonde de vitesse "Pitot", qui pourrait avoir joué un rôle dans la catastrophe, en fournissant à l’équipage des informations erronées sur la vitesse de l’appareil.

Or, l’une des hypothèses pour expliquer le crash est que l’Airbus aurait "attaqué" la très forte zone orageuse à une vitesse trop faible. Le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) a pointé dès vendredi "une incohérence des vitesses mesurées" par les sondes du vol AF447. Le lendemain, Air France confirmait dans un communiqué avoir observé à partir de mai 2008 "des incidents de pertes d’informations anémométriques en vol en croisière sur A340 et A330".

Des syndicats de pilotes de ligne demandent le remplacement, par principe de précaution,  des sondes Pitot.

* * *

A ce jour 41 corps ont été repêchés. Les malheureuses victimes sont en cours d’identification à l’institut médico-légal de Recife au Brésil.

Sources : AFP - France-Info – Le Figaro