Une base militaire française à Abu Dhabi dans le Golfe Persique Le président Nicolas Sarkozy a inauguré le 26 mai 2009 une base militaire interarmes à Abu-Dhabi, aux Emirats Arabes Unis.

C’est une grande nouveauté : jusque là, les bases militaires françaises permanentes n’étaient situées que sur le continent africain : en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Gabon et à Djibouti,  anciennes colonies françaises qui font partie du fameux “pré-carré français en Afrique”. Cette fois, l’armée française s’installe au coeur du Moyen-Orient.

Une base militaire française dans le Golfe Persique répond à deux objectifs :

Rééquilibrer la présence française à l’étranger et l’adapter aux défis géopolitiques du XXième siècle, pour notamment se rapprocher des nouveaux terrains sensibles que sont le Moyen-Orient et l’Asie centrale. On peut toutefois se demander en quoi la base de Djibouti ne suffit pas à répondre à cet objectif. Cette base a notamment prouvé son caractère essentiel lors de la Guerre du Golfe (et dont les Etats-Unis auraient aimé profiter pendant la guerre en Irak de 2003), ou encore pour l’opération Atalante anti-pirates au large de la Somalie.

Marquer la présence française auprès des riches monarchies du Moyen-Orient pour aider l’industrie française de l’armement qui, bien qu’elle reste la 4ème exportatrice mondiale, peine pour vendre ses fleurons que sont par exemple le Rafale ou le char Leclerc, armes considérées comme ultra-perfectionnées, véritables bijoux, mais beaucoup trop chères et invendables.  

Source : Le Monde.fr

* * *

NDLR : Ajoutons que le financement de cette base, tant en frais d'investissement qu'en frais de fonctionnement, est assuré par l'Emirat d'Abu Dhabi, ce qui, sur le plan financier et commercial, est une bonne opération pour la France. Espérons que cela permettra d'alléger un peu le fardeau de la dette de l'Etat français qui a considérablement augmenté depuis des années, au point que le simple remboursement des seuls intérêts de cette dette absorbe la totalité de l'impôt sur le revenu payé par l'ensemble des contribuables.