Le "programme d'activité à la mer" du navire a été suspendu après "le constat de l’usure anormale de deux pièces mécaniques d’entraînement des lignes d’arbres. L'anomalie a été détectée en raison de "vibrations élevées dans le compartiment de propulsion" et "après examen, deux pièces d’accouplement reliant deux des quatre turbines du Charles de Gaulle à leurs lignes d’arbres se sont révélées anormalement usées".
 
Le problème pourrait venir du remplacement d'une pièce technique, le sécheur de vapeur. Le nouveau, plus lourd que l'ancien, aurait entraîné l'affaissement du réducteur, provoquant le désalignage et les vibrations dans certaines circonstances de navigation. D'autres sources proches du dossier avancent des explications différentes. L'enquête devrait permettre d'y voir plus clair.

Notre seul et unique porte-avions nucléaire est encore en rade :-(

Ce souci technique intervient alors que le Charles-De-Gaulle vient d'être immobilisé à quai pendant dix mois pour son IPER (Immobilisation périodique pour entretien et réparations). Ces vibrations du groupe réducteur ont été constatées lors des récentes sorties en mer, qui permettent à l'équipage et au groupe aérien de se réentrainer.
 
Cet ennui pourrait retarder de plusieurs semaines la pleine disponibilité opérationnelle du bateau. A bord, les gars de la marine ont plutôt "le moral dans les chaussettes" ...
 
Ce batiment de la Marine avait connu un début de vie difficile, avec une série d'ennuis techniques. On se souvient de l'hélice cassée en pleine mer, en novembre 2000. En revanche, entre 2001 et 2007, le porte-avions CDG a été pleinement opérationnel, participant à plusieurs missions dans l'océan indien.
 
Le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle devra être immobilisé "entre plusieurs semaines et plusieurs mois" à la suite de la découverte d'une usure "anormale" de pièces sur les arbres de transmission du système de propulsion, vient d'indiquer la Marine nationale à l'AFP.
 
Source : Jean Dominique Merchet - Libération.fr

De la permanence à la mer du groupe aéronaval français

Cette nouvelle immobilisation de porte avions CDG, pourrait relancer le débat sur la nécessité pour la France d'un second porte-avions nucléaire et d’une mise éventuelle en chantier seul ou en partenariat avec d’autres pays de l'union européenne d’un deuxième porte avions.
 
On attendra donc avec patience, les futures déclarations et décisions du ministre de la Défense Hervé Morin ou du Président de la république Nicolas Sarkozy… Tout cela sur fond de crise économique, de restriction budgétaire dans les armées (cf. Livre Blanc de la Défense) et de retour de la France au sein du commandemant intégré de l'OTAN.