Chacune de ces batteries aura trois sections à six postes de tir chacune - soit dix-huit postes de tir Mistral par brigade. Seule, la batterie aéroportée (35ème RAP) devrait conserver quatre sections, soit 24 postes de tir. De son côté, le 54ème RA devra fournir deux groupements sol-air à deux batteries pour le compte de chacune des deux brigades blindées.

Les artilleurs sol-air vont devoir continuer à armer deux théâtres en dehors de la métropole - à Djibouti et en Guyane. Par ailleurs, l'armée de terre pourrait être sollicitée "si besoin" pour fournir des moyens SATCP dans le cadre des Dispositifs Particuliers de Sûreté Aérienne (DPSA), assurée par l'armée de l'air lors d'évènements internationaux, ainsi que pour la protection de certaines bases aériennes sensibles.

Source : Jean Dominique Merchet - Libération.fr

* * *

Le Missile MISTRAL est un missile sol-air français à très courte portée. Il fait partie d'un système d'armes appelé Mistral incluant les postes de tir, les radars de surveillance, etc.
Sa légèreté et sa souplesse d'emploi le rendent facilement projetable sur les théâtres d'opérations extérieures afin de protéger efficacement les troupes au sol.
Missile de conception "tire et oublie", infrarouge passif et d’une grande simplicité d’emploi, il est employé aussi bien en tant que missiles air-air, sol-air, que mer-air.
Il est fabriqué par Matra Bae et la première version (S1) a été mise en service dans l'armée française en 1989. La seconde, la version M2 en 1997. Plus de 16 000 missiles ont été vendus ou commandés.
Actuellement, 24 pays utilisent le Mistral et notamment la France qui en a acheté pour son armée de Terre, son armée de l'Air et sa Marine nationale.
Source : Wikipedia