A la grande surprise des automobilistes et des piétons qui l'ont rencontré dans son escapade,il a rejoint au grand galop, les quais de la Seine avant de prendre la rue de Rivoli à contre-sens à la hauteur de l'Hôtel de Ville de Paris et d'être finalement stoppé dix minutes plus tard par des policiers à l'angle des rues Saint-Antoine et Saint-Paul dans le quatrième arrondissement, non loin de la place de la Bastille où se trouve son écurie.

Garibaldi ne s'est fait que quelques égratignures dans cette aventure...

Dernière unité montée de l'armée française, le régiment de cavalerie de la Garde républicaine assure des missions de sécurité et d'honneur au profit des plus hautes autorités de l'Etat et escorte le président de la République et les chefs d'Etat étrangers en visite officielle. Il compte quelque 550 chevaux.

Source : Yahoo infos

Ndlr : Quelle drôle d'idée, aussi, que de lui donner le même nom que celui de Giuseppe Garibaldi, général révolutionnaire et éternel rebelle. C'est à croire qu'ils l'ont fait exprès... PC FNCV