Securite lutte anti pirates maritime - Commando Hubert - photo Jacques TonardLouer les services d'un vieux destroyer désarmé pour sécuriser ses bateaux contre les pirates. C'est la solution proposée aux armateurs depuis le début de l'année 2009 par la société américaine Blackwater.
 
A bord de l'ancien navire de guerre, 25 ex-commandos de marine armés jusqu'aux dents et prêts à mettre à l'eau leurs Zodiac pour repousser les agresseurs. Coût : 15.000 euros par jour.

Des "privés" anciens commandos marine pour lutter contre la piraterie

L'année dernière, rien qu'au large des côtes somaliennes, 120 navires ont été attaqués et 35 d'entre eux récupérés par leurs propriétaires après le versement d'une rançon.
 
Les Nations Unies, ONU, ont bien dépêché une dizaine de navires de guerre au large du golfe d'Aden, mais cela n'a pas suffi à sécuriser les routes maritimes. D'où la tentation pour les armateurs, de faire appel à des privés. Une vingtaine de sociétés anglo-saxonnes jouent désormais des coudes sur ce nouveau marché , concurrencées depuis peu par les Français.
 
Trois entreprises de protection privée viennent de créer Jedburgh International LLC, spécialisée dans la lutte contre la piraterie maritime.
 
"On forme les équipages au risque d'abordage. Par exemple, comment dissuader l'assaillant ou comment réagir s'il y a un blessé à bord," explique David Hornus, l'un des responsables de Jedburgh."On peut aussi faire monter nos hommes à bord."
 
Comptez 4.000 euros par jour pour embarquer deux anciens commandos de marine... Et naviguer tranquille...
 
Source : C.L. et O.R. Le Point