Alors que dix mille soldats avaient été mobilisés à l'occasion de cette opération, plusieurs dizaines de milliers d'autres ont été convoqués ce dimanche 4 janvier 2009 sous les drapeaux.

Ce dimanche matin, l'opération israélienne n'avait pas fait cesser les tirs du Hamas, seize roquettes ayant été tirées entre minuit et le lever du jour. Un Kassam a détruit une maison à Sderot, et deux Grad ont été tirés sur Netivot.

Source : Le Point.fr - Jean Guisnel "Defense ouverte" 

* * *

"Toquer au toit " : Géo-localisation par téléphone des responsables du Hamas

Selon des sources israéliennes, l'aviation de l'Etat hébreu (Heyl HaAvir) utiliserait une nouvelle procédure avant de frapper certaines cibles sensibles à Gaza. La consigne, baptisée "toquer au toit", validée par la Justice israélienne, consiste à appeler, par téléphone, les occupants d'une maison visée, dix ou quinze minutes avant le tir d'un missile. C'est en général un militaire de l'arme du Renseignement qui appelle, sur son téléphone portable, le responsable du Hamas visé, l'invitant à éloigner sa famille.

Cette règle a, semble-t-il, été appliquée jeudi dernier lors du raid visant Nizar Rayan, l'un des chefs du Hamas. L'homme n'aurait pas répondu au téléphone (ce qui constitue également une manière de le localiser ! ) et l'aviation a alors tiré, le tuant ainsi que ses quatre épouses et dix de ses enfants.  

Source : Jean Dominique Merchet "Secret Defense" - Liberation.fr

* * *

Offensive et balai diplomatique au proche orient

Alors que rien ne semble arrêter les chars israéliens dans la bande de Gaza et les tirs de roquettes du Hamas, plusieurs médiations diplomatiques s'engagent.

Dans la région vont se croiser ou se rencontrer, une délégation de l’Union européenne, le président français Nicolas Sarkozy, (ex-président de l’Europe… mais président de l’Union pour la méditerranée), des diplomates égyptiens, syriens, turcs et des responsables du gouvernement israélien… 

Le Hamas, quant à lui, devrait envoyer une délégation en Egypte, pays qui a déjà joué un rôle de médiateur entre l’état juif et les palestiniens du Hamas.

Mais un acteur majeur est absent dans la région, en raison de la transition du pouvoir : Les Etats-Unis d’Amérique. George Bush, n’ayant plus de véritable crédit, et Barak Obama pas encore d’officiel pouvoir…

Conséquence désormais classique, des bruits de bottes dans la région, les cours du pétrole repartent à la hausse... Cette remontée du baril de brut est certainement temporaire, la crise économique étant loin d'être réglée ; la reprise de l'activité ne semble pas encore pour demain matin.