Les responsables à Téhéran, notamment de la Force Qods (forces spéciales des gardiens de la Révolution islamique), auraient fait savoir qu'ils souhaitaient que Norinco, Poly Technologies et les autres entreprises chinoises d’armement effacent les numéros de série d'armes prévues pour l'export dans ces zones. Les Chinois se seraient exécutés pour conclure l’affaire.

De source britannique, Pékin aurait également vendu aux Iraniens les moyens techniques d'optimiser leur lance-missiles portable Misagh-1, capable de faire mouche à une altitude supérieure à celle de leur propre HN-5 (des insurgés irakiens auraient reçu des exemplaires de cette arme).

      

Au printemps 2008, les Britanniques ont confirmé avoir trouvé des missiles chinois HN-5 dans une base de Kandahar qui, selon eux, pourraient cibler des Tristar de la Royal Air Force, qui peuvent transporter jusqu'à 200 soldats...

Des casques bleus chinois en Afghanistan...

A terme, Pékin ne semble pas craindre les conséquences de sa politique. Plus les dirigeants chinois peaufinent leur rhétorique sur la diplomatie pacifique et leur possible rôle dans les forces d'interposition de l'ONU, plus, en contrepoint, ils développent les ventes d'armes qui parviennent à des forces irrégulières (talibans...).

... sous le feu d'armes chinoises ?

Jusqu'au jour où leurs casques bleus ou autres forces d'assistance internationale tomberont sous le feu nourri d'armes chinoises...

Source TTU

Précédents articles sur infos.fncv.com