TÉMOIGNAGES CONCORDANTS
Un procès-verbal de cet interrogatoire, dont l'Agence France Presse (AFP) a pu consulter une copie, s'ouvre par ces mots : "L'an mil neuf cent quatre vingt cinq, le huitième jour du mois d'août, a été entendu le prévenu Philippe Dieuleveult". Ce document est estampillé d'un tampon "République du Zaïre" et porte deux signatures : celle du "major K.", "chef d'opérations" et celle du "comparant" Philippe de Dieuleveult, qui a été authentifiée pour le magazine XXI, par son frère Jean.

Anne Miquel a également assuré à l'AFP avoir obtenu, lors de plusieurs séjours dans la capitale de la République démocratique du Congo, des témoignages concordants faisant état de l'exécution par la division spéciale présidentielle, après interrogatoires, des membres de l'expédition française, pour avoir été soupçonnés d'être des espions ou des mercenaires. Ange