On se souviendra que dans la nuit du 7 au 8 août, les troupes russes avaient lancé une importante contre-offensive en Ossétie du Sud faisant suite à une attaque géorgienne, puis de l'accord de cessation des hostilités entre les belligérants russes et géorgiens arraché par le président de l'UE Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner, et enfin du retrait "trainant" des troupes russes...

Pas de sanctions economiques contre la Russie

Il semble exclu que l’UE  prenne des sanctions réelles envers la Russie, ce sommet devrait donc s’en tenir à des décisions « diplomatiques » mélange de mise en garde et considérations « gazeuses ».

La Russie quant à elle se déclare favorable à l’envoi d’une force internationale de maintien de la paix aux frontières de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud.

Le sommet Union Européenne - Russie qui devait avoir lieu le 14 novembre 2008 à Nice a été reporté. Il devait notamment y être question d’un partenariat de défense, d’une coopération militaire et de considérations économiques sur les appoviosonements en gaz et pétrole. Une sorte de "sanction" politique envers l'état Russe.

Le 8 septembre, le président de l'UE, Nicolas Sarkozy, sera en visite à Moscou, afin de demander à son homologue Dimitri Medvedev "l'application scrupuleuse du plan en six points" signé lors du cessez-le-feu en Géorgie.