Ces dispositions vont entraîner la disparition de 54.000 des 320.000 postes civils et militaires de la défense à l'horizon 2015. Les effectifs des armées passeront de 271.000 à 224.000 personnes. L'armée de l'air sera la plus touchée (-24%), suivie de l'armée de terre (-17%) et de la marine (-11%).

Les autres réductions d'effectifs affecteront la Délégation générale pour l'Armement et le Secrétariat Général de l'Administration.

Livre Blanc de la Défense,  restructuration, nouvelle carte militaire, bases inter-armées, budget de la Défense… sont autant de sujets dont nous reparlerons prochainement.

Ce bouleversement s'inscrit dans la continuité de la professionnalisation voulue par Jacques Chirac en 1996.

Il est étonnant que personne n'évoque le rôle social des armées, qui ont été un véritable creuset de la Nation depuis la Révolution Française.

Faut-il se réjouir ou désapprouver la disparition de service militaire ?


Précédents articles FNCV :